mardi 4 août 2020

Une pandémie complètement bidon


En proie d'une pandémie complètement bidon, montée en mayonnaise par l'industrie des médias aiguillonnés par les lobbies médicaux et pharmaceutiques y voyant un intérêt financier tout comme le commerce et la distribution en ligne, j'en veux pour preuve un chiffre sortit de la bouche même de Trump pas plus tard qu'hier. 
L'age moyen du décès par COVID-19 s'avère de 78 ans alors que l'espérance de vie moyenne ne dépasse pas 74 ans. Donc le COVID-19 allonge la durée de vie de 4 ans statistiquement même si elle ne touche que les personnes dépassant la moyenne d'espérance de vie, soit le quatrième age, celui de la dépendance. 
Va-t'on continuer à paralyser l'économie par acharnement thérapeutique sur les arrière-grand-pères dépendants ? Si ce n'est pas le cas Il n'y a aucune raison de confiner, déconfiner, masquer, fermer les bureaux, usines, écoles. Une folie puisqu'il faut travailler pour se nourrir en ce bas monde, un bienfait puisqu'il donne un répit à l'environnement pour tenter de se régénérer.
Le confinement s'avère aussi insoutenable que l'industrie et l'agriculture modernes, les pays plus ou moins développés forment la civilisation insoutenable où nous a mené le culte de la compétition, de la concurrence , du dépassement perpétuel des limites physiques qui mènent à la ruine de l'environnement. 
Autrefois, jadis, cette absence de limite se confinait au spirituel, réservée à une caste élitiste de prêtres, aujourd'hui elle s'épanche au matériel, fatale erreur. 
Le matérialisme dialectique marxiste avait nié la pertinence de la distinction spirituelle et matérielle en posant un garde-fou toutefois, la réduction de la concurrence économique entre les acteurs du marché par le truchement de la planification centralisée. 
Aujourd'hui le monde se trouve sans distinction des domaines spirituels et matériels et sans garde-fou pour prévenir la concurrence tout azimut qui rappelle tant la loi de la jungle darwiniste, idéologie tacite mais officielle des E.U.A. et ses alliés récalcitrants qui ont obligé leurs adversaires déclarés marxistes à s'y plier.
Il reste donc deux modèles soutenables pour limiter l'appétit insatiable de la société au détriment de l'environnement, la société théocratique de castes type Ancien Régime et même de loin le Movimiento Nacional, ou la société marxiste à planification intégrale centralisée type URSS, très proches en dernière analyse dans la mesure où elles assignent et assurent à chacun sa place dans la société.

samedi 25 juillet 2020

Une solution diététique á la pandémie : crudi-végétalisme et jeûne intermittent


Arrêtons de tourner autour de pot voici les deux questions importantes du moment: un régime alimentaire principalement crudi-végétal prévient-il l'infection microbienne comme le COVID-19 ? le jeûne guérit-il l'infection microbienne comme le COVID-19 ?

 Théoriquement et expérimentalement certainement pourvu que la santé ne soit pas trop compromise, selon le biologiste et naturopathe états-unien Robert Morse entre autres scientifiques . De même le jeûne demeure une thérapie à l'efficacité prouvée à la portée d'une majorité écrasante du public. De surcroît l'intérêt ne s'avère pas seulement individuel mais collectif et environnemental.

Cette pandémie s'avère l'occasion rêvée pour l'évolution globale du régime alimentaire humain vers une diète plus soutenable pour l'environnement en diminuant notablement la cuisson pour économiser l'énergie en améliorant la nutrition d'une part et en diminuant l'apport des aliments animaux d'autre part pour préserver l'environnement, on fait ainsi d'une pierre plusieurs coups.

Selon le scientifique Robert Morse il n'y a pas d'autre solution car c'est ainsi que fonctionne l'organisme d'un primate comme l'homme, son système lymphatique doit demeurer fluide afin d'évacuer l'infection inévitable, ce que l'alimentation crudi-végétale détermine de manière optimale, la biologie se gouverne par la mécanique des fluides.

jeudi 23 juillet 2020

Habiter en cage à Hong kong





Le prix du mètre carré dans une tour d'habitation d'un quartier industriel de Hong Kong avoisine 30 000 euros, en conséquence sans-abris et habitats insalubres abondent dans la ville.

Les pays développés souhaitent que Hong Kong se maintienne hors de portée de la RPC mais la région autonome spéciale a déjà perdu de sa superbe économique au profit de la province côtière de Guangdong, tout en maintenant des inégalités criantes en faveur des propriétaires fonciers et industriels, bénéficiaires du statut de paradis fiscal de facto vis-a-vis de la Chine continentale.

Cette classe de tycoons préfère se ranger du coté de la RPC, rassurée par le flot continu de commandes d'infrastructures,  plutôt que risquer perdre ses privilèges en campant avec les manifestants sur des positions intenables de maintien du status quo.

La RPC cherche  ne pas paraître intransigeante aux yeux de l'opinion internationale tout en poursuivant son objectif de réduction des inégalités à Hong Kong, choquantes pour l'opinion chinoise en ces temps de crise.


vendredi 17 juillet 2020

Une solution à la crise française: la planification de la sauvegarde de l'environnement


Le confinement décidé par le Président Macron suivant les conseils de la profession médicale a creusé le chômage, le déficit, la dette sans venir à bout de l'épidémie alors que l'économie se relevait à peine de la crise de 2008.

La solution s'avère d'abord médicale et scientifique: pour les asymptomatiques diète crudi-végétale quelque soit le statut d'infection et l'épidémie, pour les symptomatiques jeûne et diète ci-dessus en alternance compte-tenu d'une infime minorité ne supportant pas le jeûne.  La clé réside dans la fluidité du système lymphatique des glandes aux reins. Solution gratuite et bienfaisante pour la santé individuelle et l'environnement, prônée par des médecins, des biologistes sensibles à l'hygiènisme et la naturopathie.

Conséquences disparition des subventions à l'élevage et la pêche en faveur de l'agriculture soutenable.  Davantage de gens meurent centenaires donc privatiser les retraites et l'assurance maladie devenue obsolète s'avère nécessaire, l'environnement devient prioritaire sur l'industrie, l'industrie se met au service de l'environnement, un minimum d' emplois bureaucratiques demeure au profit d'emplois productifs dans l'environnement et l'industrie soutenable. Le secteur hospitalier rétrécit, il ne reste pratiquement plus que des chirurgiens pour les accidents du travail. 
Les transports collectifs sûrs, ponctuels et confortables se privilégient au détriment des transports individuels polluants. 

L'Etat se charge de résorber le chômage en initiant l'activité de sauvegarde de l'environnement, air, terre et mer,  avec le concours des secteurs du BTP, agricole.  Les allocations d'inactivité se remplacent par des emplois productifs dans le secteur privé pour rester soumis à la compétitivité. Le maìtre-mot s'énonce Emploi Productif.

L'Etat maître d'oeuvre coordonne, le privé maître d'ouvrage réalise. La maneuvre consiste à remplacer l'assistance sociale par l'emploi professionnel et productif en réorientant les flux financiers.


Par exemple on apprend que Pôle Emploi accumule une dette de 63 milliards à base d'emplois bureaucratiques peu productifs, allocations et indemnités non productives. La solution consiste à réaffecter ces dépenses vers des emplois productifs initiés par des commandes de l'Etat suivant une planification et des objectifs établis dont la restauration de la fertilité des sols agricoles, le reboisement, la conversion vers l'agro-foresterie mais aussi la relocalisation industrielle notamment textile.

D'ailleurs avons-nous seulement le choix,  du point de vue strictement écologique n'est-ce pas cela ou la dystopie de l'effondrement qui nous attend?


La Chine s'oriente vers ce genre de solution lentement mais surement. On le voit par ses efforts pour combattre la désertification, les crues torrentielles. Elle en a les moyens par son organisation politique et son économie planifiée s'avérant d'une efficacité redoutable.

dimanche 12 juillet 2020

Crues exceptionnelles en Chine


Bientôt 40 jours de précipitations ininterrompues pendant la mousson s'avèrent le plat de trop à digérer par le PCC aux prises avec la pandémie COVID-19 pourtant maîtrisée et la révolte de Hongkong. 


Il y a 4000 ans l'aristocrate Yu le Grand fut nommé empereur pour avoir maîtrisé les inondations en creusant des canaux, divergeant des barrages et digues établies jusqu'alors. Les barrages posent plus de problèmes qu'ils n'en résolvent en Asie comme en Europe, demandez au Bangladesh ce qu'il pense des barrages construits en amont par l'Inde. 

La Chine Populaire a mis en service en 2014 un canal nord-sud long de 1432 km transférant des eaux méridionales vers les zones arides du nord.

Le changement climatique aggravé par l'urbanisation galopante issue de l'exode rural forme le revers à l'apparent grand bond en avant de l'industrie chinoise, tirée par des méga-projets d'infrastructures. 

On ne voit guère de raison que la croissance de la Chine soit plus soutenable qu'ailleurs, même si technologiquement elle a largement dépassé l'OCDE dans nombre de secteurs de pointe comme les télécoms ou la voiture électrique. 


L'exode rural implique la nécessité de création d'emplois pour des centaines de millions d'ex-ruraux, le PCC se retrouve alors pris dans l'engrenage de l'industrialisation forcenée, rejointe par les infrastructures de transport, les services, tout en amoindrissant la base agricole, le tout couronné par une croissance de consommation énergétique sans fin. 


Pendant un temps tout à l'air de fonctionner à merveille comme une horloge jusqu'au craquement de l'infrastructure naturelle que suppose l'environnement. 

Il reste cependant des motifs d'espoir notamment dans le reboisement, la reconquête de zones arides, désertiques même, par le recours à des techniques agricoles appropriées.   


Enfin la forme d'organisation étatique de la Chine, basée sur la planification centralisée, l'autonomie et la  concurrence  administrative entre divisions territoriales, s'avère incomparablement plus efficace et efficiente qu'en OCDE, à en juger par le moderne Grand Bond Avant qui a  lieu sous nos yeux en Chine.


jeudi 2 juillet 2020

L'emballage en plastique photo-dégradable de demain





Les  époux Grinvald, installés en Chine depuis Israel ont créé l'emballage en plastique photo-dégradable de demain. Des boites à chaussures dégradées en six mois et disparues sans polluer en 25 mois. A partir de plastique composite à 80 % de poudre de pierre soit du carbonate de calcium et 20 % de plastique haute-densité. Recyclable à 100% et apte à remplacer papier et carton. Une patente protège le procédé de fabrication de la boite à chaussure.

Ils fabriquent aussi des chaussures de mode en matériau de déchets de plastiques, de cuirs des tanneries et de denim.

Les plasturgistes mettent au point des plastiques photo-dégradables et bio-dégradables pour tenter d'enrayer la prolifération des déchets. En France EMMS prévoit 3.5 milions de CA pour ce type d'emballage cette année.

mardi 30 juin 2020

Municipales la percée écologiste

On ne pourra pas accuser le Président d'être déphasé des tendances de l'électorat. Le parti présidentiel LRM essuie certes une défaite au profit de l'alliance des socialistes et écologistes alors que LR maintien ses positions mais il se voit conforté dans son choix d'engager la transition écologique. 

Les socialistes regagnent du terrain perdu, les écologistes acquièrent de la visibilité.  La légère pandémie de grippe a favorisé les écologistes dans les grandes villes,  représentant près de deux millions d'habitants dans 15 communes de pus de 15000 habitants, l'extrême-droite reste anecdotique et derrière l'extrême-gauche qui perd du terrain

Le pays malgré la crise économique aggravée par l'inutile confinement, ne sombre pas dans le désespoir de l'extrémisme dans lequel se complaisent les franges politiques et religieuses , le confinement aurait alors ramené les esprits à la raison. L'écologisme ne passe pas pour un extrémisme, plutôt pour une forme de rationalisme cherchant à redéfinir les priorités économiques et se rapprochant d'un collectivisme..

il ne s'agit pas non plus de révolution mais d'amorce d'une tendance de fond contre laquelle les industriels freinent déjà des quatre fers. Les écologistes se dotent de choix et d'objectifs reconnaissables comme l'agriculture soutenable , la priorité aux transports collectifs, aux énergies renouvelables, le recyclage des déchets.

De fait la droite insensible à l'écologie se retrouve à la ramasse, LRM aussi mais il aura beau jeu de rappeler son engagement écologique,  la reprise économique passe par l'écologie.

lundi 22 juin 2020

Le complot contre la santé selon Livernette

 

Un exposé exhaustif du complot des compagnies multinationales de la pharmacie, agro-chimie, agro-alimentaire contre la santé publique.

Dans ce tableau de la dystopie industrielle, le secteur de l'agro-chimie produit les pesticides et engrais chimiques qui stérilisent la terre, les Organismes Génétiquement Modifiés se conçoivent pour l'agriculture chimique, le secteur de l'agro-alimentaire transforme la production agricole au point de la rendre pathogène, la pharmacie prétend réparer leurs dégâts mais aggrave l'état du malade quand elle ne l'achève pas. La grande distribution articule le tout par le truchement du secteur logistique, émanation du secteur mécanique, pour former un ensemble relié individuellement par la télématique.

Ce genre de compagnie commerciale, la multinationale, croit au dépend de l'entreprise individuelle du commerce, industrie et agriculture principalement en éliminant des emplois, investit les bénéfices dans la publicité, le financement politique, jusqu'à faire voter des lois les favorisant, la vaccination présentant l'exemple le plus flagrant d'une supercherie commerciale avalisée par la législation.

Médecins, pharmaciens, chimistes, agriculteurs, cuisiniers, éditeurs, tous pour la plupart complotent contre la santé publique plus ou moins consciemment. Dans ce cas il vaut mieux en abandonner la notion, l'État a mieux à faire que légiférer sur la santé, il ne doit pas s'arroger la responsabilité de la santé du citoyen, celle-ci relève de l'individu adulte à l'évidence, il en va de même des vieillards dépendants dans les EHPAD. 


L'impéritie des gouvernements des états confinés les a réduit à la faillite en paralysant l'économie tout en épargnant la fonction publique. Des gouvernements incapables de conduire leur économie mais prétendant enrayer les épidémies.

vendredi 19 juin 2020

La bourse détachée des contingences terrestres





Décidemment la bourse n'en peut plus d'enfler très fort.
De même La FED et la BCE ne peuvent plus continuer à inonder le marché de liquidités contre dette à perpétuité sous peines d'importants troubles sociaux alors que la Chine consolide son superavit commercial vis-a-vis du monde.

Il y a bien hyperinflation mais confinée aux valeurs mobilières et leurs dérivés.

On attend un plan de reprise de l'activité, en effet l'agriculture, la sauvegarde de l'environnement sur tous les continents manquent de bras alors que l'on croule sous la bureaucratie qui se superpose par couche.

La construction du cerveau collectif qu'est l'Internet en voie d'achèvement, il convient de remettre au travail la population, éclairée du savoir global échangé à portée de clavier.

Planification de la production, assainissement de l'environnement, techniques agricoles soutenables, recyclage des déchets industriels, énergie renouvelable tracent quelques axes de développement.

En effet il ne sert à rien de noyer l'industrie sous un déluge de subventions comme vient de le décider le Président Macron avec 7 milliard sur la table pour l'automobile, nous n'en avons plus vraiment besoin, nous sommes en crise de surproduction permanente de biens industriels, nous avons plutôt besoin de bras pour restaurer l'environnement et une agriculture soutenable


Parasitisme médical

Première Catégorie Socio-Professionnelle par revenus depuis 2010, la corporation médicale ne loupe pas  une occasion de défendre ses intérêts, ainsi les médecins du  conseil scientifique COVID-19  viennent de justifier leur position en faveur du confinement de  la population malgré le bilan médical et économique désastreux.

Le confinement la population ne fait plus consensus aujourd’hui, y compris au sein de la communauté scientifique.
Venu devant la commission d’enquête avec trois autres membres du conseil scientifique, Delfraissy a laissé l’épidémiologiste à l’institut Pasteur, Arnaud Fontanet, défendre l’utilité de cette mesure. « Nous n’avions pas le choix a appuyé ce dernier, évoquant le nombre de malades anticipé par les modèles qui aurait submergé les services de réanimation. (lemonde.fr);

 Ce n'est pas la réalité mais des modèles énigmatiques qui inspirent ce conseil scientifique, de fait il  sert à diluer la responsabilité du pouvoir en cas d'échec, pour preuve on en parle beaucoup avec une économie par terre, un taux de victimes des plus élevés et pas de solution en cas de retour ou nouvelle pandémie. Le confinement général se révèle la pire des solutions en comparant les bilans, voyez le Vietnam, non confiné, 97 millions d'âmes, 1000 kilomètres de frontières avec la Chine et zéro morts du Corona.

Que des médecins, certes retraités, en soient réduit à conseiller la destruction de l'économie nationale pour lutter contre la grippe saisonnière, laisse pantois et en dit long sur l'avènement du gouvernement en temps réel, par tweet interposé sur téléphone cellulaire. Médecins par ailleurs pas du tout préparés à assumer des décisions politiques, puisqu'ils vivent grassement de l'assistance sociale financée par prélèvement obligatoire sur le travail, donc non soumis à l'obligation de résultat comme tout un chacun.

Ce conseil soi-disant scientifique  a exposé publiquement l'incompétence du corps médical, pas foutu de guérir la moindre grippe.  Le confinement revient à brûler tout le territoire pour une invasion de chenille, il s'agit de la décision prise par l'exécutif.

On aurait pu se contenter de confiner les personnes à risques mais on a préféré la détection des porteurs sans avoir suffisamment de tests et sans test tout médecin BAC+9 ne sait plus où il habite. Apparemment comme les médecins ne savent pas reconnaître une personne en mauvaise santé, soit vulnérable à la grippe, on ferme l'économie, ou alors ils pensent qu'il y a trop de personnes en mauvaise santé dans la population vieillissante mais comme on en sait rien, je suspecte l' incompétence médicale.

Autre cas d'incompétence notoire de la corporation , l'interdiction du médicament à base de plante Artemisia Annua, alors qu'elle s'avère le remède le plus efficace contre le paludisme, maladie que la médecine occidentale n'est jamais parvenu à vaincre contrairement à la médecine traditionnelle chinoise depuis des millénaires.  Le prétexte d'interdiction tient en l'efficacité insuffisante du médicament à base d'artémisia en comparaison du médicament existant tout en reconnaissant qu'il ne l'est pas à 100 %, l'efficacité du dérivé d'artémisia dépendant de la dose que selon l'agence du médicament on ne peut connaître.

Résultat la France interdit le médicament à base de la plante la plus efficace contre le paludisme.

On pourrait aussi évoquer la décision récente d'obligation de onze vaccins sur les enfants de moins de deux ans alors que leur composition reste secrète et que leurs fabricants demeurent irresponsables pénalement des dégâts éventuels infligés par leur produits. Cela rapproche la règlementation française de celle de E.U.A., passés de trois à onze vaccins obligatoires depuis les années 80 puis à 72 vaccins obligatoires aujourd'hui pour le plus grand bénéfice de la Grande Pharmacie malgré plus de 4 milliard d'indemnités versées aux victimes des vaccins sur plainte devant le tribunal dédié aux dégâts des vaccins.

Un vaccin peut rapporter gros surtout s'il est obligatoire, en effet très facile à produire, à charge du talent commercial d'en tirer le plus de bénéfice: une pincée de divers métaux lourds, de virus, de formaldéhide et le tour est joué. Il s'agit d'injecter un maximum de saletés dans le sang et laisser le système immunitaire se débrouiller. Loin d'immuniser, les vaccins répandent les infections et si le vacciné s'en sort indemne il le doit aux précautions d'hygiène prises, le plus souvent pour ne plus subir pareil traitement à l'avenir.

mardi 16 juin 2020

OMS, GAVID : Opération Vacciner Tout Ce Qui Bouge

Les organisations médicales multilatérales siégeant à Genève comme l'OMS et l'Alliance GAVI présentent la face respectable de la Suisse destinée à cacher cette industrie nationale du blanchiment d'argent par secret bancaire interposé,que quelques pays développés décidèrent ne plus laisser les dépouiller à ciel ouvert en y mettant un frein depuis 2009. 

 Aujourd'hui la focale persiste sur ces organisations supra-nationales au dessus de tout soupçon, appuyant la décision de paralysie de l'économie globale pourtant contestée par des scientifiques et des économistes de tous bords. 

Le budget bi-annuel de l'OMS tourne dernièrement autour de $ 4,8 milliard financés à 75 % par les Etats développés avec leurs organisations multilatérales, le reste par des fondations privées comme celle de Bill Gates. Les financiers peuvent prédestiner une partie de leurs fonds aux domaines de leur choix. L'Afrique reçoit ainsi un milliard en dépenses de santé financées par des pays riches.

L'OMS ne semble jurer que par les vaccins, la grande affaire du moment tourne autour du programme mondial de vaccination de la polio, en dépit des multiples accidents qu'il entraîne comme ceui de répandre l'infection aux Philippines où elle avait disparu.











dimanche 14 juin 2020

Les bavures policières redeviennent tendance

Certainement pour rafraîchir le contenu des réseaux sociaux, ce nouveau Forum Romain où le peuple se donne rendez-vous, le sénat de Rome donne en pâture le spectacle de la répression policière des crimes et délits, à l'instar des Empereurs comme Néron ordonnant aux légions de  se livrer bataille dans l'arène pour distraire la foule.

Aujourd'hui la police filme la plupart de ses interventions, tout comme le badaud de passage avide de propager la rumeur. Rien de plus croustillant que l'exécution d'un citoyen par la police sur le vif. Il importe de battre le fer tant qu'il est chaud, ne pas laisser retomber la mayonnaise, il y a des claques et des clicks, du temps de cerveau disponible qui se perdent.

Les gendarmes et les voleurs remplacent les gladiateurs, que le spectacle continue sinon gare au peuple! Il convient de rendre hommage au petit peuple afro-américain qui a tant sacrifié de membres de sa communauté  pour la cause des droits civiques.

En retour une délégation de l'ensemble de la communauté nationale décida de sacrifier une sélection de temples de la consommation les plus prisés, joailleries, concessionnaires automobiles et le reste à l'avenant dans les plus beaux quartiers.

La gauche activiste que l'on ne connaissait plus depuis un siècle aux E.U.A.  renaît de ses cendres sous l'ère du riche comme Crésus Trump, l'ultime provocation telle la goutte qui fait déborder le vase.

Les militants gauchistes se montrent capables de coordonner le pillage des centres villes au moment propice pendant la durée optimum tout en limitant les représailles grâce à la mobilisation de la classe politique adversaire de Trump en année électorale.
Certaines n'hésitent plus à incendier des véhicules de police au lance-flamme de poche.
Trump fléchit, il pose lui aussi un genou à terre en confinant sous la pression de l'opposition. En trois ans il fut incapable d'ériger le moindre mur du Mexique ni réformer l'immigration comme le réclament ses partisans les plus vindicatifs afin de juguler la croissance organique de l'électorat du Parti Démocrate. Son bilan s'avère désormais négatif, même sur son point que l'on croyait fort, l'économie.  Trump ne mobilise plus que l'opposition , c'est dire, il retombe dans l'image de clown de télé-réalité qui l'affligeait déjà avant son élection.

vendredi 12 juin 2020

Le modèle UPR

La riposte de François Asselineau à la tentative de déstabilisation interne menée par quelques militants dépités par les résultats électoraux fut impressionnante d'efficacité et pour tout dire exemplaire pour les membres du jeune parti. 

Le dirigeant a tout déballé, balayé les rumeurs de latrines, dévoilé en particulier la gestion de la trésorerie, instructive et claire, intéressante même. 

L'UPR caracole en tête sur les réseaux sociaux, comparer les audiences revient à le constater. Ce parti bénéficie d'un fort soutien de la part de ses membres car on le doit précisément à l'absence de subventions de l'Etat quand 16 de ses adversaires bénéficient de la manne providentielle. 

Son concurrent du centre-droit, les Républicains, fait payer la lecture de ses publications électroniques de propagande à une audience confidentielle. Libéral jusqu'au bout des ongles, c'est dire le fossé où il s'enlise. 

 Son concurrent d'extrême-droite le RN, se voit éclaboussé par des malversations, par les revenus astronomiques de ses principaux dirigeants. Ainsi Marine Lepen émargerait à 20.000 € mensuels en cumulant ses fonctions de représentation, à en croire le directeur du journal Rivarol. 

Comme pour le Front National des années 80-90 bien avant de recevoir des subventions et comme tous les partis avant leur financement public voté par le Parti Socialiste en 1988, l'auto-financement joue un rôle moteur du dynamisme autant que les idées, conférant une structure distincte en plus du discours politique identifiable. 

Les autres partis devraient s'en inspirer pour la gestion de trésorerie transparente sans subventions de l'État, ne serait-ce que par dignité à défaut de crédibilité. On ne voit pas comment un parti pourrait diriger quoique ce soit s'il est incapable d'indépendance financière vis-à-vis de l'État, qui nommerait un assisté à la tête d'une entreprise? 

Le dynamisme de la sphère anglo-saxonne à l'échelon global s'explique aussi par cette absence d'ingérence de l'État dans la finance des partis politiques, l'absence de subvention publique garantit leur indépendance. 

L'UPR va attirer les éléments les plus dynamiques et les mieux formés en suivant la configuration de vol lui conservant le sens des réalités , celle qu'ont perdu les partis subventionnés. Si les partis reçoivent des subventions publiques il n'y a plus de raison que le reste de la population en soit privée. D'où le RMI suivi du RSA et l'extension aux autres pays de l'U.E. 

Les régions administratives de l'Espagne se dotèrent d'un RMI, le gouvernement vient d'en ajouter une couche sur impulsion de Podemos à l'extrême gauche, comme si l'U.E. n'avait plus son mot à dire sur le déficit. Plus l'État distribue de RSA plus le chômage croit et inversement. Le Royaume-Uni subit relativement peu le désemploi et pour bénéficier d'un genre de RMI il faut vraiment le justifier dans un pays où l'on perd ses allocations au bout de trois refus de proposition d'emploi. 

L'État-providence se cristallise avec la subvention publique des partis politiques, devenue une addiction dont il est difficile de se libérer seul. Dommage que REM ne l'ait pas vu ainsi, il s'offrit pourtant l'occasion de sevrer ses adversaires de subventions en leur démontrant qu'elles ne conditionnaient pas la conquête du pouvoir. 

Il importe de ne pas décrocher de la locomotive anglo-saxonne sinon l'alternative se limiterait à Podemos, LFI, le castro-bolivarianisme, le totalitarisme policier chinois, la démagogie de l'État-Providence, la confrontation perpétuelle avec l'énemi désigné. 

mercredi 10 juin 2020

Il est urgent de dé-fonctionnariser les partis politiques

7 milliard pour l'industrie automobile, 18 milliard pour l'aéro-spatiale, le secteur secondaire accapare  les aides financières publiques alors que la réserve d'emploi réside dans le secteur primaire. L'agriculture a besoin de bras, l'environnement a besoin de sauvegarde, de reboisement afin de créer les puits de carbone et résoudre ou du moins ne pas aggraver la crise écologique.

Du point de vue économique il serait profitable de sortir de l'assistanat d'État, moyen commode de se rendre populaire auprès de certains électeurs, au lieu de servir des allocations sans contreparties.

La population devrait  se remettre au travail, dépenser plus pour une agriculture soutenable donc recourant à davantage de main d'oeuvre locale, de produits domestiques fabriqués sur le territoire national plutôt qu'aux antipodes. Moins de prestations sociales à n'en plus finir, moins d'emplois improductifs dans la fonction publique, dans la bureaucratie.

Priorité au secteur primaire, mis à mal par 50 ans de soi-disant révolution verte qui a rendu les champs toxiques à exploiter à force d'intrants agricoles chimiques plutôt que biologiques.

L'assistanat d'État devient un boulet dont l'économie devrait se délester pour rester à flot en dépit des revendications politiques et syndicales, institutions dont il faut supprimer le financement public de toute urgence. En Allemagne les syndicats s'autofinancent, sans aide de l'État ils restent bien plus influents qu'en France.

Les partis politiques deviennent une annexe de la fonction publique, la rétribution tombe toute seule chaque mois sans besoin de se décarcasser, au bout du parcours l'effet s'avère létal, les partis domestiqués par la fonction publique ne remplissent pas leur rôle moteur.

Le secteur social notamment médical et hospitalier se révèle incapable de parer à la moindre épidémie de grippe anodine comme le COVID-19. Une médecine obsolète et monopolistique transformée en opportunité de carrière financée par les prélèvements obligatoires sur le travail ne remplit pas son rôle de service à la production.

Les hôpitaux se transforment en établissements d'hôtellerie infestés de maladies nosocomiales, réduisant leur utilité publique à néant.
Cette médecine au service des médecins et de l'industrie devrait se libérer du carcan de monopole d'État pour retrouver un minimum de crédibilité, elle aussi devrait faire ses preuves chaque jour, ni plus ni moins que les médecines dites alternatives comme la naturopathie.
 

L'urgence pour que les partis politiques retrouvent leur crédibilité de même que les syndicats consiste à les dé-fonctionnariser, soit les sortir du financement public, qu'au moins ils répondent à des tiers de leur utilité. 

REM en représentait le meilleur exemple: il prend le pouvoir, soulève l'intérêt, puis retombe dans la léthargie, l'indifférence générale, la routine et l'improductivité, happé par la subvention publique et la bureaucratie. 


Les partis auto-financés s'avèrent invariablement les plus dynamiques, y compris le Front National des années 80 et 90, aujourd'hui l'UPR de François Asselineau sans conteste, les autres partis mangent la soupe de la subvention, stagnent, dépérissent pour sombrer dans l'oubli comme le PS, le PC, les groupuscules gauchistes, les Républicains. 

Invariablement, sans exception, il convient de choisir entre le harnais des subventions publiques et la liberté de manoeuvre qu'apporte la quête inlassable d'autofinancement privé.

De quoi le policier états-unien Derek Chauvin serait-il coupable ?

On se demande de quoi le policier états-unien Derek Chauvin serait-il coupable tant l'arrestation du criminel Floyd apparait s'être déroulé selon les normes en vigueur dans l'institution.

La personne dénoncée par le commerçant victime d'un vol s'avérait en état d'ébriété, sous l'emprise de stupéfiant et refusait d'obtempérer aux injonctions de l'agent de police dont le premier devoir consiste à assurer sa propre sécurité en recourant aux armes et pratiques conférées par son autorité administrative et cela avant même de tenir compte de l'histoire pénale du suspect.

En toute légitimité l'agent de police se vit dans l'obligation d'immobiliser le suspect dans l'attente d' une fourgonnette suffisamment spacieuse devant son refus d'embarquer dans le véhicule de police pour raison invoquée de claustrophobie.

La corpulence importante du prévenu mobilisa plusieurs agents pour l'immobilisation prolongée dans l'attente du véhicule, le travail des agents consiste alors à veiller à ce que le suspect ne s'échappe pas tout en préservant leur intégrité physique et celle du public exposé. La tâche pendant l'arrestation d'un criminel s'avère loin de la facilité, proche du risque, plus spécialement dans un état de droit comme les E.U.A.

Le médecin légiste a déclaré la mort par arrêt cardiaque, trouvé une maladie cardiaque, une maladie coronaire, la présence de stupéfiants puissants comme l'opioïde Fentanyl et la méthamphétamine, un substitut de l'héroïne.

Le casier judiciaire indique 5 ans de prison pour vol à main armée dans un domicile privé, entre autres condamnations liées pour la plupart au trafic de stupéfiants.

En Chine ce type d'arrestation ne ferait pas un pli, pour peu qu'un suspect récidiviste ose même se rebeller. Aux E.U.A. le suspect récidiviste se voit sanctifié avec obsèques pratiquement nationales tandis que le policier venu protéger le public au risque de sa vie se voit lynché médiatiquement au point de dissuader toute voix dissonante de rappeler les fondamentaux, sans parler de se solidariser avec le policier.

Il ne s'est trouvé encore personne pour lever des fonds dans le public afin de payer la caution de remise en liberté fixée à 1 million par la justice.  En même temps la mesure conservatoire préserve l'intégrité physique de l'accusé en ces temps de vindicte populaire.

La capture vidéo de l'immobilisation suivie de sa diffusion sur les réseaux sociaux ont joué de caisse de résonance promptement mise à profit par l'opposition politique dans sa tentative de reconquête.

Dans ce contexte les états tenus par l'opposition s'abstinrent de réprimer les émeutes en espérant culpabiliser l'administration. Des émeutes clairement organisées et encadrées par les adversaires extrémistes de l'administration, démontrant leur détermination, la manipulation politique du décès de Floyd n'échappe à personne et le policier Derek Chauvin en assume les conséquences.

L'aspect ethno-centrique de l'affaire démontre la réalité du caractère identitaire afro-américain tourné apparemment exclusivement à l'encontre du caractère identitaire caucasien soumis à la concurrence de deux nouveaux caractères identitaires supplémentaires , les latino- américains et les asiates, ces derniers subdivisés en extrême-orientaux, indo-orientaux et moyen-orientaux auxquels ont pourrait ajouter dans la foulée les africains sans parler des aborigènes locaux des réserves.


La spécificité victimiste afro-américaine  ne laisse pas d'étonner si l'on considère le nombre de réussites entrepreneuriales individuelles notamment dans les secteurs professionnels sportifs et artistiques mais aussi le taux de délinquance nettement surélevé dans ce groupe ethnique.
 

Au final le tableau fait irrésistiblement penser  à une tendance à la tribalisation de la population, chacun souhaitant se régir selon sa propre loi tribale pour peu qu'elle  existe.








  



 

Lancement spatial privé ou public, quelle différence ?

Le récent lancement de fusée habitée Spacex vers la station spatiale invite à considérer la pertinence du caractère économique privatif de l'entreprise, largement mis en avant durant la réalisation du projet.

Le caractère distinctif du lancement ne réside pas vraiment dans le sceau commercial apposé sur la fusée, la NASA ayant toujours collaboré avec des sociétés commerciales pour réaliser ses projets en se comportant comme le maître d'ouvrage veillant sur les réalisations des maîtres d'œuvres externalisés, mais dans la réusabilité affichée de la fusée qui reste à prouver soit dit en passant. En effet l'atterrissage contrôlé du premier étage n'implique pas qu'il devienne réutilisable.

Avec la navette spatiale, la fusée ne se réutilisant pas, les étages plongeaient dans l'océan, la NASA se chargeant de les récupérer. Aujourd'hui la capsule habitée ne se réutilise pas, il reste toujours une partie de la fusée à récupérer dans l'océan.

 Pour l'instant les revenus de l'entreprise proviennent intégralement des commandes de l'État des E.U.A. , dans le cadre du financement de la station spatiale en association avec d'autres états souverains notamment la Russie. On se trouve encore très loin de l'entreprise de tourisme spatial tant vantée aux investisseurs potentiels, là où les commandes de l'État se font plus rares.

vendredi 5 juin 2020

Vaccin: la valse des milliards débute

A peine commencés les essais cliniques des divers vaccins du COVID-19, les laboratoires se préparent à la production de doses à livrer dès septembre. Comme s'ils étaient sûrs de leur coup alors que rien n'autorise à penser qu'un tel vaccin soit possible ni même souhaitable.

Il y a de quoi dépenser, d'autant que l'U.E. vient de lever et prélever quelques €3.7 milliard pour la cause frelatée du vaccin.  En compagnie de GAVID fondation pro-vaccin finançant 10% de l'OMS, et en réserve la fondation Gates qui place ses fonds dans les actions des groupes pharmaceutiques.

Synthèse du virus dans un endroit reculé, diffusion pseudo-accidentelle globale, campagne de terreur médiatique, injonction de confinement, paralysie de l'économie, émeutes raciales, promesse de délivrance, suggestion d'unicité du remède, campagne de relation publique détournée en charity-business pour la levée de fonds destinés à renflouer les poches des multinationales les plus riches du monde, la Grande Pharmacie.

Bien joué, sauf que le vaccin, devant son inefficience avérée et ses effets secondaires se révèle de moins en moins populaire, d'où l'emploi des gros moyens par le cartel pharmaceutique infiltré au sein des états par groupe d'influence interposé, que ce soit en Europe ou aux E.U.A., le cartel tient l'O.M.S. et une cohorte d'états par la terreur médicale en prétendant détenir le remède miracle contre espèces sonnantes et trébuchantes.


Le cartel cherche à persuader le peuple qu'il a besoin de médicament et à persuader le politicien qu'il doit recourir au cartel pour les obtenir. Pour se faire le cartel finance les médias et les campagnes des politiciens.

Il se joue des organisations supra-nationales comme l'O.M.S., cheval de Troie dans les pays émergents, derrière suivent l'agro-chimie et le reste, visant les dernières ressources disponibles en corrompant les politiciens du cru.


L'article du Wall Street journal du 5 Juin 2020.


Le laboratoire britannique Astra-Zeneca signe davantage de contrats de fourniture de vaccin du coronavirus.

L'un d'eux précise qu'il recevra $750 millions de deux fondations internationales pour 3 millions de doses distribuées globalement.

AZ s'est réservée une capacité de production de deux milliard de doses du vaccin actuellement testé au cours d'une série d'essais cliniques.

Un autre agrément vise à élargir la distribution globale du vaccin développé par des chercheurs de l'université d'Oxford après la signature de contrats pour le R.U et les E.U.A. Dans un autre contrat avec l'Institut du Sérum de l'Inde elle fournira 1 milliard de doses à des pays à bas et moyen revenu dont 400 millions à la fin de l'année. Le S.I.I. passe pour une manufacture majeure de vaccins à bas coût pour le monde en développement.

Dans le premier agrément, CEPI, Coalition pour l'innovation dans la Préparation aux Épidémies, une organisation sans but lucratif basée à Oslo qui a financé plusieurs projets de vaccin du coronavirus cette année, annonce qu'elle a monté avec une autre fondation un système de développement et distribution global pour les vaccins du coronavirus.

CEPI  dirigera le développement et la manufacture pendant que l'autre organisation, GAVI, dirigera la fourniture. GAVI basée à Genève ouvrira l'accès aux vaccins aux pays pauvres.

Sous ces termes CEPI apportera $383 million et GAVI donnera $367 million annonce un porte-parole d'Astra-Zeneca. AZ fournira 300 millions de doses "sans profits" pendant la pandémie dit CEPI.

On ne sait pas encore si le vaccin prouvera son innocuité et efficacité lors des essais cliniques, mais c'est l'un des plus prometteurs parmi les 50 vaccins revus par CEPI, déclare le CEO Richard Hatchett lors d'un entretien avec des journalistes ce Mardi.

Nous croyons la probabilité de succès suffisamment forte pour courir le risque de la production., déclare le Dr. Hatchett.

AZ vise les résultats d'essais cliniques au mois d'Août et le début des livraisons au R.U. et aux E.U.A. pour septembre et octobre.

Cette chronologie cependant dépend du nombre de partipants alors que le rythme d'infection baisse dans nombre de pays, avance le CEO d'AZ Pascal Sorint lors d'un appel en conférence.

"Nous courons après la maladie dans biens des parties du monde" dit M. Sorint, "Nous faisons au mieux".

Le mois dernier AZ agréa la fourniture de 100 million de doses au R.U. avec au préalable 30 million dès septembre. Ce même mois le laboratoire agréa recevoir jusqu'à $1,2 milliard des E.U.A. pour assurer 300 million de doses dès octobre.

La fourniture initiale de tout vaccin effectif se prévoit limitée. Quelques laboratoires ont cherché à monter des capacité de production dans divers pays, au cas où un pays interdirait l'exportation de tout vaccin effectif produit sur son territoire.

Le Dr. Hatchett du CEPI dit que son groupe travaillera avec l'O.M.S., qui developpera les directives d'allocation du vaccin.

Il est vraisemblable que les travailleurs du secteur de la Santé et les gens à haut risques comme les personnes agées et les personnes pré-disposées comme les diabétiques seront vaccinés en priorité, dit-il. Le but, dit le CEPI, consiste à s'assurer de l'accès équitable au vaccin du COVID-19 à tous les pays qui souhaitent participer.

Le partenariat de CEPI et AZ soutiendra le transfert de technologie de production de vaccin vers la manufature de doses sur des sites en Europe.
 

jeudi 4 juin 2020

Réseaux sociaux : l'arroseur arrosé

Les réseaux sociaux remuent la boue, publient ce qui passe à leur portée puis les médias plus consistants recyclent pour faire peuple, garnir leur audience à moindre frais.

La personne de couleur de deux mètres de haut venait de commettre un délit en achetant des cigarettes avec un grossier faux billet de banque, le caissier s'en aperçut, deux employés demandèrent la restitution de la marchandise volée, au refus de quoi ils appelèrent la police.  Le délinquant manifestement en état d'ébriété refusa d'embarquer dans le véhicule de police. Repris de justice ayant purgé cinq ans de prison pour vol à main armé, les agents l'immobilisèrent sans ménagement attendant l'arrivée d'un véhicule plus spacieux. Un policier eut recours à une clé d'immobilisation prescrite par son autorité administrative dans les circonstances de l'arrestation, un genou sur le cou. Le véhicule mit plus de huit minutes pour arriver. Entre temps le délinquant immobilisé, après avoir clamé ne pas pouvoir respirer, perdit connaissance. Il décéda peu après à l'hôpital. L'autopsie révéla la mort par arrêt cardiaque, la présence de l'opioïde Fentanyl dans le sang, la prise récente de méthamphétamine, une maladie de l'artère coronaire et une maladie du cœur liée à l'hypertension. L'immobilisation fut filmée à l'insu des policiers et diffusée sur les réseaux sociaux.

L'opposition politique en cette année de réélection tenait enfin un motif de laisser échapper la pression du confinement, ce fut la curée. Les médias s'en donnèrent à cœur joie, malgré la récurrence de ce genre d'arrestation légitime dégénérant en drame. On produisit la partie flatteuse du profil du délinquant, le témoignage des proches, bien sûr le policier fut illico lynché  médiatiquement, lâché par sa hiérarchie en compagnie du reste de la brigade présente sur les lieux.  Le maire démocrate de Minneapolis retînt ses troupes devant les premiers accrochages de la foule, devant l'émeute et encore devant l'incendie du bâtiment de police voisin.

La foule eut dès lors la bride sur le cou, l'opposition politique la légitima, la caressa dans le sens du poil, au fond c'était la faute du président sortant, le champion de l'opposition annonça son assistance à l'enterrement du délinquant.  Le pillage, le saccage urbain se répandit comme une traînée de poudre dans les grandes villes, les beaux quartiers commerçants furent ravagés à New York par des émeutiers encagoulés, largement des afro-américains avec la complicité d'activistes caucasiens, entreposant des matériaux contondants aux endroits sensibles.

Sur les réseaux sociaux des caucasiennes en tenue printanière posaient un genou à terre, même les deux, sur injonction d'afro-américains munis de leur téléphone cellulaire avec caméra.  Des forces de police locales emboîtaient le pas aux cris des manifestants. Arrêter un dangereux délinquant se présenta dès lors comme une manifestation de racisme s'il se révélait afro-américain.

Le Président fut pris au dépourvu, lui qui durant trois ans se contenta d'un prototype de mur de contention contre l'invasion mexicaine, s'avéra un prototype de Président contesté à la Maison-Blanche , dans sa  famille par son gendre, dans le rang des élus de son parti, jusque dans le repaire de l'armée, le Pentagone, malgré les tombereaux de financement public déversés.

Le Président ayant trop bien réussi dans les affaires immobilières, à une faillite près, se taillant une place sur la scène tragi-comique de la télé-réalité, ne pouvait manquer de rencontrer une forte opposition à l'idée de sa réussite politique. On ne le lui pardonnerait pas.  L'opposition le désigna  à la foule déshéritée comme la figure à renverser dans les stands de foire.

La vague de saccage que vit l'administration Trump tombée dans le piège des réseaux sociaux tendu par ses adversaires politiques renforce encore la virtualisation du commerce au dépend du tissu commercial traditionnel, au détriment de l'emploi. La reprise en main par l'administration se voit entravée par les collectivités locales aux mains de l'opposition, seuls territoires où l'émeute ne se réprime pas.   

Entre l'activité économique et le désordre public entraînés par les réseaux sociaux, l'administration doit redresser l'équilibre, il y a comme une incompatibilité d'humeur à résoudre en s'inspirant possiblement de système chinois, cent pour cent de censure pour zéro émeute.  Il est vrai qu'aux Amériques on se demande souvent qui détient le pouvoir, les magnats industriels ou les élus politiques?

La campagne pré-électorale bat son plein. La Chine se frotte les mains de l'attention détournée du virus Corona, de son emprise démesurée sur le commerce international, de son état de surveillance totalitaire, de ses revendications territoriales ex-nihilo.

Et Macron dans tout cela? Il s'apprête à trouver un pouvoir incontesté en Europe tout près du Brexit, du moins tant qu'il conserve les moyens de contribuer significativement au budget communautaire, ce qui dépend dorénavant de la réponse de la commission européenne à la demande du conseil constitutionnel allemand de justifier les prêts pandémiques accordés par la BCE


samedi 30 mai 2020

Le Vietnam sans confinement, zéro victime sur 97 millions d'habitants

Le preuve la plus cinglante de l'ineptie du confinement généralisé nous l'apporte le Vietnam et son millier de kilomètres frontaliers avec la Chine. Une combinaison de fermeture précoce des frontières, des mesures de détection, la mise en quarantaine des infectés, le suivi de leurs contacts, le recours à la propagande du pays communiste a maintenu le bilan à quelques centaines d'infectés et zéro victime dans une population certes plus jeune et moins sujette aux grippes saisonnières que le nord de l'hémisphère. Les magasins n'ont pas tardé à réouvrir leurs portes et les 22 millions d'élèves à regagner leur salle de classe.

Il est vrai que le pays ne partage pas une monnaie commune à dépenser comme bon lui semble sans limite de découvert comme dans l'Union Européenne ou même aux E.U.A. et sa monnaie commune globale de facto.

Les droits fondamentaux et vitaux du citoyen à travailler, se déplacer librement, faire de l'exercice s'avèrent bafoués depuis deux mois en France par une classe politique imperméable aux aléas commerciaux, mal conseillée par des médecins suçant la mamelle de la Sécurité Sociale sous la baguette de l'industrie pharmaceutique.

Le confinement s'avère un fiasco fracassant partout où il règne particulièrement aux E.U.A où comme prévu la population classée 72 ème dans le monde en matière de santé récolte l'ivraie semée par l'industrie avec la complicité des cartels médicaux sur la santé publique comme le dénonce l'avocat Robert Kennedy Jr.

Aux E.U.A. sévit une conjuration contre la santé publique menée tambour battant par les industries agro-alimentaire ( aliments transformés, élevage intensif), agro-chimique ( Organismes Génétiquement Modifiés, pesticides, engrais chimiques ), pharmaceutique ( médicaments et vaccins ) auxquelles se joignent de concert les industries mécaniques ( moteurs ) et énergie ( schistes bitumineux ) dans une liste non exhaustive.

Comme prévu en conséquence du confinement, des foyers de révolte apparaissent dans les grandes villes, suite à la diffusion d'une vidéo de l'arrestation d'un afro-américain à laquelle il a succombé. Des émeutes ethniques aux relents de guerre raciale réduisent des quartiers populaires entiers en cendres comme à Minneapolis, ruinant les perspectives de réélection du Président avec la manie des réseaux sociaux, retournés contre lui.

Sans surprise qui s'élève par les réseaux sociaux, industrie de la manipulation de l'opinion, retombe par les réseaux sociaux, qui remuent la fiente à l'unisson des médias. Parfois les états-uniens doivent se prendre à envier la censure chinoise.

Les emballages en plastique, nuisance devenu fléau

Les produits cosmétiques de la marque Lush,  laboratoire soutenable


Le lancement des produits cosmétiques de Noel de la marque Lush se compare à l'Evénement Spécial de la marque Apple mais sous hallucinogène. Comme dans les années 1970, il y a de la revolution dans l'air. L'éditeur de la revue britannique The Ecologist Brendan Montague le rapporte depuis "Madchester".

"Il nous faut créer une révolution cosmétique pour sauver la planète” dit Mark Constantine, le cofondateur de la marque Lush dans l'annonce des points clés pendant son exposition évènementielle à Manchester ce jour. “Le temps qu'il reste s'épuise, il nous faut une révolution.”
Le festival annuel du savon se rapproche de l'Evènement Spécial de la marque Apple mais sous hallucinogène. Constantine arborait un brillant costume à fleurs lors de sa présentation dans une salle de capacité 1,200 personnes du centre de conventions de Manchester.
M. Constantine dit que Lush sait bien qu'elle ne peut donner à ses clients tout ce qu'ils demandent. "Nous voulons des arc-en-ciels, des licornes et des cascades." continua-t'il," Ce n'est pas ce que le monde nous réclame car nous ne pouvons pas toujours le faire contrairement aux mensonges de nos concurrents, mais c'est tout ce dont vous avez besoin."

Travailler dur

Le fondateur confessa que la marque ne savait pas ce que signifiait naturel, ayant passé des années à patauger alors qu'il se révélait  expert à jetter de l'ombre sur la concurrence.
Aujourd'hui la marque Lush se classe à la 33 ème place des laboratoires cosmétiques du monde, elle a donné 50 millions de Livres à 3 500 causes bienfaisantes ces cinq dernières années dont 1,86 million à 93 lauréats du Prix Lush pour la fin de l'expérimentation animale dans l'industrie.
Lush se vend davantage comme une marque éthique, réduisant l'usage du plastique,des conservateurs chimiques, défendant des causes politiques que la plupart des compagnies commerciales évitent, le plus récemment en contestant le déploiement immoral et inhumain d'officiers de police sous couvert.
M. Constantine confirma que la marque eut recours à l'huile de palme entre 1995 et 2008 et que ses produits utilisent 7 735 kilos de parabène globalement chaque année. Toutefois il faisait tout ce qu'il pouvait pour avancer vers des produits "auto-préservants" et les ventes de produits à parabène fléchissaient.
"Toute notre vie nous avons travaillé dur pour retirer les conservateurs chimiques de nos produits.. Ces conservateurs se doivent être du poison, c'est ainsi qu'ils travaillent, ils doivent empoisonner les microbes", dit-il.

Expérimentation sur les animaux

Les magasins de cosmétiques vendirent 37,9 millions de shampoings en barre sans emballage durant 13 ans, ce qui a épargné 2 860 tonnes de plastique, l'équivalent de 3.6 % de la décharge publique dans le grand pacifique.
Le cofondateur souleva un grand élan d'étonnement dans l'audience à l'annonce de son nouveau mascara sans emballage. En tout la marque Lush a vendu 93 millions d'unités sans emballage cette année, seulement 60 % des produits et la même proportion qu'en 2010 avec 49 millions d'unités. Progresser en la matière requiert de l'inovation, "Nous possédons quelques spécialités techiques dont nous sommes fichument fiers". ajouta-t'il.
Il conclut en admettant que la marque Lush semblait comme un enfant demandant à ses parents "Pourquoi ne suis-je pas la première marque cosmétique du monde ?" Il suggéra que le travail de toute l'équipe conjugué à la motivation de la clientèle signifiait que cela restait envisageable.
Ce matin des milliers de gens s'engouffrent entre les portes du centre. Une foire psychédélique attend les invités à l'intérieur, avec des ballons de baudruche de toutes les ccouleurs, un kaléïdoscope d'étalages intéractifs et bien sûr une échoppe avec des capsules de bain et de maquillage colorées pour l'occasion.
La maison de jeu ne distrayait pas des étalages plus sérieux centrés sur un large éventail de préoccupations sociales et environnementales, depuis les droits de l'homme en passant par l'immigration, l'expérimentation sur les animaux et la nécessité de regénération.

mercredi 27 mai 2020

Hygiénisme contre industrialisme





La thèse hygiéniste remise à l'ordre du jour par Casasnovas se voit reconnue de manière éclatante à l'épreuve de la pseudo-pandémie de cinéma mise en scène par le gotha mondain formé du gratin politique et du complexe mediatico-industriel.

Un confinement contre-indiqué comme l'enseigne l'histoire pluri-millénaire des épidémies, diamétralement opposé aux dispositions que préconise l'hygiénisme.

L'ordre des médecins suisses veille lui aussi au grain, selon l'auteur Slobodan Despot qui vit en Suisse, la prescription du jeûne par un médecin y entraîne sa radiation, l'instance corporative décide comment soigner un patient sans l'examiner.

Les intervenants perçoivent confusément les enjeux industriels derrière la propagande pandémique : notamment les vaccins, la numérisation de la population, sa mise en coupe réglée comme du bétail par l'informatique, tous les états dans un même bel élan pour rester grouper dans le peloton sans admettre d'échappée, la classe politique montre la plus grande réticence à intégrer l'écologisme dans son offre électorale

Il s'agit de terroriser les âmes sensibles, de siniser le peuple occidentalisé, d'oblitérer les dernières formes de conscience écologique pourtant indispensable.

Le thème démographique, du reste peu abordé, se révèle la force déterminante qu'annonçait Malthus. La Sécurité Sociale, ses branches maladies et retraites apparaissent soudainement insoutenables par enchérissement du coût du travail dans le contexte de concurrence internationale de la Chine, avec de surcroît l'avènement d'une classe sociale florissante sur la rente sociale, les médecins - et leur conjoint.

La rente sociale financée par le prélèvement obligatoire, sur le salaire et les autres revenus d'une part, complétée par l'impôt et les bons du Trésor d'autre part, alimente le train de vie de la Catégorie Sociale Professionnelle aux plus hauts revenus depuis 2010, les médecins, de plus en plus contre-productifs et soumis aux intérêts industriels de la Grande Pharmacie.

L'usure du parc nucléaire laisse poindre à l'horizon l'éventualité d'accident genre Tchernobylsk ou Fukushima.

Les intervenants s'accordent sur la thérapie de choix contre les épidémies , le jeûne et la diète crudi-végétale.

Le trou d'air hollando-macronien a permit la reconquête des rouages de l'état par l'industrie, dont l'influence dans la décision de rendre obligatoire onze nouveaux vaccins ne fait guère de doute vu le pactole.

Bien des projets industriels se révèlent des impostures destinées à flouer les fonds des investisseurs comme le projet impossible de miniaturiser l'analyse sanguine, Terranos.

Em plus du nouveau réseau de télécommunication 5g, on voit poindre à l'horizon la constellation de satellite en orbite basse destinée à couvrir l'ensemble des zones habitables.

Les mégalopoles chinoises comme Pékin et Shenzen adoptent le véhicule électrique pour retrouver un niveau de bruit er de pollution compatible avec la santé, l'approvisionnement énergétique provient des mines de charbons mais aussi des fermes photo-voltaïques et éoliennes acheminant la puissance sur des lignes haute tension à courant continu depuis des zones reculées, parcourant des milliers de kilomètres en minimisant les pertes.

L'industrie occidentale s'est déployée en Chine s'appuyant sur une main d'oeuvre docile, bon marché, l'absence de contraintes environnementales d'où les projets catastrophiques pour l'environnement comme le barrage des Trois-Gorges ou les ouvrages pharaoniques inutiles comme le pont Hongkong-Zuhai-Macao.

Le contraste reste saisissant entre l'ordre martial imposé par le Parti Communiste sur la Chine continentale marxiste-marchande et le désordre insouciant encore en sursis à Hongkong, le paradis fiscal chinois bénéficiant de l'ouverture simultanée des marchés chinois et occidentaux.

lundi 4 mai 2020

L'avocat environnementaliste Robert Kennedy à propos des vaccins et la Grande Pharmacie

Tirade éloquente de l'avocat Robert Kennedy Junior, neveu et fils de Kennedy, contre les vaccins et la Grande Pharmacie

L'émission du journaliste de CNN Anderson Cooper se sponsorise par le laboratoire pharmaceutique Pfizer, un des principaux journaux télévisés, Nightly News  sur NBC, se sponsorise par le laboratoire Merck. L'industrie pharmaceutique gagne 50 milliards de dollars par an sur les vaccins.obligatoires, il s'agit d'une mine d'or. Il est impossible d'élaborer un vaccin inoffensif mais il n'y a aucune conséquence pour le laboratoire si le vaccin entraine la mort ou le handicap à vie. Aux E.U.A. un garçon sur vingt-deux pâti à vie de syndromes débilitants comme l'autisme et demeure irresponsable.

Les vaccins doivent se tester comme tout autre médicament. Pour à cette revendication, l'avocat se voit censuré ou restreint dans les médias audiovisuels, la presse et les réseaux sociaux.

La société Alphabet propriétaire de Google, en signant un partenariat commercial avec le laboratoire Glaxo-Smith-Kline, s'engage à lui livrer les données marketing de ses utilisateurs récoltées à leur insu. En raison d'un partenariat avec l'OMS, Google et Facebook détournent leur public des informations sur toute médecine alternative comme les supplémentations en vitamines.

Robert Kennedy dirige le plus grand cabinet d'avocats dédié à la défense de l'environnement. Au début des années 2000 il aidait 350 gardiens des eaux dans 46 pays patrouillant leur fleuve en bateau à la recherche de pollution afin de poursuivre les auteurs en justice. Il poursuivait ainsi 40 centrales à charbon et cimenteries pour leurs rejets de mercure résiduel en décharges publiques. En même temps la FDA, l'agence fédérale de l'alimentation et du médicament,  annonçait un niveau dangereux de mercure dans le poisson.

Kennedy donnait des conférences dans tout le pays afin d'alerter la population, c'est ainsi qu'il remarqua des femmes le visitant en fin de conférence pour l'entretenir de la fréquence des cas d'autisme par empoisonnement au mercure intervenus suite à vaccination. Dans sa jeunesse il fut sensibilisé aux enfants déficients mentaux en s'investissant personnellement dans des centres spécialisés.

La mère d'un enfant autiste se présenta devant le porche de son domicile avec une pile de documents. Elle avait reçu 20 millions de dollars de dédommagement en justice suite à la reconnaissance du vaccin comme cause de la maladie de son fils Ces documents témoignent du fossé entre les études publiées dans les journaux scientifiques et la réalité vécue  par les parents, médecins et éducateurs sur le terrain.

Il constate que la sûreté des vaccins ne s' éprouve pas contrairement aux autres médicaments.

Historiquement l'agence de santé fédérale CDC considère le vaccin comme une réponse à une attaque biologique contre la nation, dès lors elle dispense de preuve de sûreté.

L'industrie compte quatre sociétés pour élaborer les 72 vaccins imposés aux enfants. Dans sa jeunesse seuls 3 vaccins s'avéraient obligatoires, en 1986 ils devinrent onze dont le DPT pour Dyphtérie - Polio - Tetanos causant de nombreuses morts et dommages cérébraux. Suite aux procès et menaces d'arrêt de la production par les fabricants, le Président Reagan signa en 1986 la loi instituant le fond de compensation des accidents de vaccination tout en déresponsabilisant les fabricants pénalement. Incidemment ces compagnies contribuaient financièrement aux campagnes électorales du Président.

Depuis les vaccins restent dispensés de preuve de sûreté, leurs fabricants à l'abris des poursuites et dégagés de frais marketing pour les vaccins obligatoires.

Les bénéfices des DTP et Gardasil pour Merck s'élèvent à 2.8 milliards, leur marge jusqu'à 40 % pour un chiffre d'affaire sur les vaccins de 5,4 milliards en 2014.

Depuis 1989 il se produit une ruée vers l'or par les laboratoires sur les vaccins, ils se jettent sur la CDC pour obtenir les approbations. Parallèlement on assiste à l'augmentation vertigineuse des maladies chroniques de 43 % à 48 % en 2020, partant d'un niveau déjà élevé.

En 1986 l'allergie aux cacahuetes affectait 1 personne sur 1200, aujourd'hui il s'agit d'1 enfant sur 12. 10 % des enfants souffrent d'asthme et 10 % d'eczéma.

Toutes sortes de troubles du développement surgirent soudain, hyperactivité, retard mental, troubles du comportement, narcolepsie. En 1986 on comptait une personne autiste sur 10 000, aujourd'hui il s'agit d'un enfant sur 54, un garçon sur 34, une fille sur 144. Il s'agit d'une crise autrement plus grave que le coronavirus car ces personnes demeurent à jamais dépendantes.

Pour 700 cas de rougeole, la CDC mobilise 1200 médecins légistes et virologistes en combinaison lunaire pour retourner chaque pierre afin d'en trouver la cause. Son travail consiste à trouver l'origine des maladies. D'où vient l'allergie aux cacahuètes ? Nous ne savons pas, l'autisme, les maladies auto-immune, pourquoi explosent les diabètes juvéniles, les polyarthrites rhumatoïdes, les fibromyalgies? Nous ne le savons pas plus.

Les fabricants de vaccins savent pourquoi ces infirmités surviennent car leurs produits se trouvent à l'origine des maladies.. En consultant les registres du CCP on aperçoit 420 maladies devenues épidémiques depuis 1989, quand apparu l'épidémie d'autisme comme le congrès l'a déclaré.

Ces maladies figurent aussi sur la liste des effets secondaires établie par les fabricants, sinon ils seraient passibles de poursuites judiciaires. Le parti Démocrate se révèle le pire sur cette question car il parait curieux d'approuver l'obligation de vaccins non testés. Tout cela rappelle les expériences médicales des nazis sur leurs prisonniers, un traitement condamné par le tribunal de Nuremberg et prohibé depuis par la charte des droits de l'homme des Nations Unies.

Selon la CDC de 2006 à 2018 sur 3.4 milliards de doses obligatoires, il y eut un dédommagement judiciaire par million de doses, depuis 1988 les dédommagements s'élèvent à 4.3 milliards alors que moins de 1 % des dommages se dénoncent.

Les démocrates récriminent la corruption des industries du pétrole et des pesticides mais elles n'égalent en rien l'influence de l'industrie pharmaceutique. Il y a plus de représentants de cette industrie sur la colline du Capitole que de députés, sénateurs et magistrats de la court suprême. Ils alignent deux fois plus d'argent que le groupe d'influence suivant, celui du pétrole et du gaz.

Chacun des quatre fabricants des 72 vaccins imposés aux enfants fut condamné pour infraction.
Dans les dix dernières années , Sanofi, Pfizer Merck et Glaxo-Smith-Kline furent condamnées à 35 milliard de dédommagements sur les failles de leurs produits.

De 1991 à 2016 la Grande Pharmacie dut payer 35 milliard en règlement de 373 procès pour fraude marketing. En 2012 GSK en eut pour 3 milliard sur des médicaments de prescription. En 2013 Johnson & Johnson dut payer 2,2 milliard sur un seul médicament, le Risperdal.

La Grande Pharmacie fut condamnée pour publicité mensongère, fraude à la réglementation, mensonge aux médecins, manipulations, chantage et pour avoir tué des centaines de milliers de personnes avec des médicaments comme le Vioxx contre l'arthrite, vaisseau-amiral de Merck avec le vaccin Gardasil tenu responsable de la mort de 120 000 à 500 000 personnes entre 2002 et 2007 par attaque cardiaque.

Le Vioxx fut vendu comme une pilule contre la migraine, les tests mirent en évidence les morts cardiaques mais la compagnie estima son produit profitable en dépit des décès et passa outre . Peut-on se fier à une compagnie recourant à de telles méthodes à fortiori quand il s'agit de vaccins dispensés de test ?

Ces compagnies furent démasquées au cours de procès par des avocats plaçant en évidence leur comportement criminel. Les preuves furent transmises au bureau du procureur de la République et ainsi elles tombèrent pénalement. Or cela ne peut arriver avec les vaccins car la loi protège les fabricants de leur propre malversation.

Non seulement ces compagnies ne souffrent d'aucune conséquence négative de leurs vaccins toxiques mais elles en obtiennent des gains financières car la vague de maladies provoquées les transforme en compagnies les plus riches du monde.

Les fabricants de vaccins contre la rougeole, le DTP ou l'hépatite B, entraînant convulsions, épilepsie, autisme, allergie alimentaire et asthme, commercialisent les médicaments contre les dommages infligés par leurs vaccins. Ainsi des divers inhalateurs, pilules contre les convulsions, l'arthrite rhumatoïde ou le diabète.

Ces compagnies gagnent 50 milliard par an avec les vaccins plus 500 milliard avec les médicaments traitant les maladies chroniques infligées par leurs vaccins.

Il n'y a aucune incitation à élaborer un vaccin efficient, au contraire, plus il se révèle toxique plus il s'avère rentable. En situation de monopole, tous les médecins prescrivent le même vaccin contre l'hépatite B ou le MMR de Merck sans alternative.

Kennedy reste un membre du parti démocrate très en colère sur ce point. mais sans lui imputer toute la faute car le parti a fait des aller-retour sur le sujet, de plus à l'époque de Reagan le Parti ne disposait pas d'information comme aujourd'hui.

Ce furent les républicains qui votèrent l'impunité des fabricants sur les défauts de leur production et les démocrates dénoncèrent que cette provision déchaînerait le diable. ainsi qu'il en advint.

Au congrès les républicains furent aussi déplorables que les démocrates car tous craignent d'aborder le sujet mais dans les états, les républicains se montrèrent fantastiques en arrêtant les laboratoires. Au niveau fédéral, où les laboratoires disposent de plus de contrôle aucun parti ne parvient à les endiguer entièrement.

De l'influence politique comme stratégie commerciale


En 2019 la Grande Pharmacie dépensait 20 milliards en documentaires audiovisuels, 6 milliards en publicité et 280 millions en influence politique contre 160 millions pour le groupe d'influence suivant, celui de l'assurance,
145 millions pour la manufacture d'équipement électronique,
140 pour les associations commerciales,
130 pour le pétrole et gaz,
135 pour les centrales électriques,
123 pour l'immobilier,
120 pour les établissements hospitaliers et maisons de retraite,
120 dans les valeurs mobilières et l'investissement et
118 dans la manufacture et distribution.

Le prix des médicaments grimpe en flèche, celui du traitement du diabète double entre 2012 et 2015, dans les six premiers mois de 2019, 3400 médicaments enchérissent de 17 % alors que l'administration Trump annonce y mettre un frein.

Jusqu'en 1996 la FDA interdit la publicité pharmaceutique, depuis seuls les E.U.A et la Nouvelle Zélande autorisent la publicité pharmaceutique télévisée avec comme résultat l'enchérissement vertigineux du coût marketing au point d'en atteindre 90 % des dépenses globales.

Cette dépense ne s'avère guère bénéfique pour la santé publique d'autant que la troisième cause de décès se révèle les médicaments. Les E.U.A. suivent le calendrier de vaccination le plus agressif du monde avec la pire santé des enfants et adultes, une des pires mortalités infantiles classée 72ème entre la Syrie et le Costa-Rica en partant de la première place dans les années soixante quand les états-uniens jouissaient de la meilleure santé grâce au meilleur système sanitaire du monde. Aujourd'hui ils subissent le plus cher et le moins performant des systèmes sanitaires.

La Grande Pharmacie ne diffuse pas seulement des publicités à la télévision, elle en contrôle également le contenu, ainsi de Anderson Cooper sur CNN sponsorisé par Pfizer de même que Erin Burnett, Nightly News le journal télévisé sur NBC sponsorisé par Merck.

Kennedy s'est lié d'amitié avec Roger Ailes, un des fondateurs de Fox News, après avoir passé ensemble un mois sous une tente en Afrique à l'age de 18 ans. Ailes fut sensibilisé à la toxicité des vaccins par expérience personnelle mais quand Kennedy lui demanda du temps d'antenne il lui répondit impossible car alors il devrait virer l'hôte sur le champ sous peine de recevoir un appel dans les dix minutes de la part du magnat des médias Rupert Murdoch.

Murdoch détient aussi en partie une des plus grandes compagnies pharmaceutiques du monde (GSK) et reste un de ses promoteurs majeurs. Ailes lui avoua que durant certaines périodes d'une année non électorale, 70 % de la publicité de soirée venaient de la Grande Pharmacie. Sur 22 publicités en soirée il y en a typiquement 17 qui viennent des laboratoires et le matraquage continue pendant l'émission. Ils gonflent sans arrêt la terreur de la maladie  pour vendre leur marchandise au lieu de poser les questions difficiles.

Les génuflexions devant M. Fauci, le directeur de la CDC, détournent les médias de la présence du virus de la leucémie dans les vaccins passant pour causer le cancer. Fauci l'a caché au public, il a viré la principale investigatrice scientifique de la NIH (Institut national de la Santé) démontrant la contamination des vaccins. Il s'agit du Docteur en biochimie Judy Merkovits qui travailla pour cette agence en identifiant le virus HIV et le reliant au SIDA. Fauci maintînt la découverte au secret pendant six mois le temps qu'un complice puisse la publier, au prix d'un retard de plusieurs mois de test et maints décès de malades.

Toutes les révérences à Fauci compte tenu des tâches salissant son parcours rendent malade, les journalistes agissent privés de sens critique comme au temps de la guerre d'Irak. Le père de Kennedy l'avait pourtant prévenu: les gens au pouvoir mentent, le travail du journaliste consiste à scruter et vérifier constamment leurs propos et poser les questions difficiles Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Kennedy a publié récemment qu'Anthony Fauci s'avère un fraudeur empoisonnant toute une génération. Quelles questions lui poserait-il ? Pourquoi se passer d'expérimentation animale dans le cas des vaccins et pourquoi se passer de test avec placebo? Cela diminuerait pourtant les risques de fraude car sans test placebo il ne reste plus que le marketing.

Fauci possède des patentes sur des vaccins il est donc juge et partie. Avec Bill Gates leur motivation porte sur l'argent et le pouvoir. Le pouvoir dévolu à ce médecin surpasse celui du Président puisqu'il peut paralyser l'économie sur un mot. Fauci et Bill Gates demandent littéralement à la population de rester cloîtrée tant qu'un vaccin ne se découvre pas.

Ils oublient cependant une chose, le nombre de morts causées par la quarantaine. L'isolement peut tuer, de même que le chômage à raison de 37 000 victimes par point statistique supplémentaire, dont 9000 attaques cardiaques et 9000 suicides. De surcroît 3000 incarcérés et 40 000 internés en institutions psychiatriques alors qu'on s'attend à un chômage de 35 % au lieu de 3,5 %, d'où le chiffre d'un million de morts prévues attribuées à la quarantaine.

Les conséquences du confinement

Les conséquences sur l'approvisionnement alimentaire et pharmaceutique, les visites médicales, la scolarisation entrent aussi dans la balance d'autant que certains pays sans confinement présentent un meilleur bilan. Il n'est prouvé nulle part que le confinement vient à bout du virus. Si la Suède reconnait un bilan plus lourd que prévu, elle compte sur le développement de son immunité de groupe pour rependre l'avantage. On peut se demander si l'on doit laisser les scientifiques prendre les décisions ou s'il faut se limiter à leur domaine de compétence.

Si on laisse Fauci prendre la décision de confiner alors les médias renoncent à leur capacité de scruter l'industrie pharmaceutique et les cartels médicaux. Si Fauci dit que les vaccins fonctionnent, les médias le croient sur parole. Le collectif Cochrane lut toute les études sur les vaccins et conclut qu'ils n'empêchaient pas le décès des vieillards mais au contraire favorisaient l'infection .

Chaque année la chaine de télévision CNN publie les statistiques de la grippe et elles s'avèrent invariablement mensongères. En fait la CDC rassemble les statistiques de santé et d'état civil dont la mortalité et la morbidité indiquant le nombre de grippes. En lieu et place CNN annonce entre 60 000 et 90 000 décès, sème la terreur, prédit 95 000 décès à la fin de l'année et recommande le vaccin. Pourtant autour de nous personne ne meurt jamais d'une grippe alors que selon CNN cela devrait arriver. En réalité les décès attribués à la grippe s'élèvent à deux mille cette année soit 1000 en moyenne. CNN gonfle ces statistiques avec celles de la pneumonie alors que la grippe ne représente que 7 % des cas. Cette maladie ne tue jamais beaucoup dans ce pays.

Personne ne devrait se fier à Fauci, à Cooper ou à Kennedy mais à la science. Kennedy écrivit à un journaliste que ses dires à propos de la grippe s'avèrent faux par contre ce qu'écrit l'avocat sur Instagram se révèle sourcé, cité et immédiatement vérifié par ses énemis de l'industrie. S'il se trompe ces gens se jettent sur lui, son association Children's Health dispose d'une armée de médecins pour vérifier la moindre de ses déclarations.

La censure des médias principaux

Quand trois membres de la famille Kennedy écrivent une lettre ouverte dénonçant sa position anti-vaccin, Kennedy répond qu'il dispose d'une large famille (en tant que membre d'une fratrie de douze enfants) et d'autres membres l'approuvent. Son association compte de nombreux scientifiques, des savants prouvant qu'une personne vaccinée encours plus de risque sanitaires et des journalistes ne se dévoilant pas afin de préserver leur carrière. Si Kennedy reste proéminent dans cette cause la raison se trouve dans ses antécédents, les centaines d'associations de protection de l'environnent dont il est membre, les grands procès où il a plaidé comme le procès Monsanto et enfin la célébrité de son nom de famille.

Il perdit des relations d'amitié et d'affaires simplement car ces gens n'entendirent jamais ses arguments, seulement les qualifications d'anti-vaccin. Même les trois membres de sa famille qui publièrent une lettre ouverte à ce propos le présentent comme tel alors qu'il n'a jamais rien dit de semblable. Kennedy ne s'affiche pas comme anti-vaccin, il demande la preuve de sûreté des vaccins comme n'importe quel médicament et le retrait de leur caractère obligatoire.

Il a passé 37 ans à tenter de retirer le mercure du poisson, personne ne l'a jamais traité d'anti-mercure, à tenter de retirer les pesticides de la nourriture, personne ne l'a traité d'anti-pesticide, a tenter d'améliorer l'efficience de l'essence, il participa au premier partenariat de véhicule électrique Tesla, aux deux plus grandes centrales photo-voltaïques, il voulait sortir le carbone de l'énergie, personne ne la traité d'anti-carbone. Il n'est pas anti-vaccin car cela servirait de prétexte à le marginaliser, le faire passer pour un fêlé, le réduire au silence car sinon sa parole se répandrait comme un virus.

Les ténors de la vaccination, invariablement des scientifiques rémunérés par l'Industrie, lui lancèrent tous un défi tonitruant de débattre publiquement, ce que l'avocat s'empressa d'accepter mais tous se désistèrent, souvent à la dernière minute.

Robert Kennedy ne s'avère diffusé ni à la télévision, ni dans la presse.

La famille Kennedy

Il fait partie d'une fratrie de 12 enfants, le père encourageait tout les soirs une discussion argumentée, il lançait un sujet comme: devons-nous sortir de la guerre du Vietnam ? Est-il bénéfique de prendre du LSD? Dieu existe-t'il? Le grand-père faisaient de même avec ses propres enfants: devons-nous nous joindre à la guerre d'Espagne, le fascisme est-il bénéfique à l'Italie et ainsi de suite en encourageant ses enfants à soutenir des points de vue extrêmes. Si un membre de sa famille soutient une idée contraire ce n'est pas un souci, il ne lui en veut pas, tous devraient débattre sans acrimonie ni vitriol au sein d'une société civilisée.

A propos de sa famille et des assassinats de son père le sénateur Robert Kennedy et de son Oncle le Président John Kennedy, il a interrogé des témoins de l'époque, notamment des réfugiés cubains et en a tiré la conclusion de l'implication de la CIA. En effet l'assassin par désignation Oswald fut un agent de la CIA et n'était pas en position de tirer sur le Président lors de l'attentat. Le sénateur Kennedy avait demandé l'ouverture d'une enquête sur la CIA pendant la campagne électorale de 1968 avant d'être assassiné par un réfugié palestinien instable psychologiquement et cornaqué par encore un agent de la CIA. Le Président Kennedy en voulait à l'agence pour le fiasco de l'invasion de Cuba, en avait démissionné le directeur et ses principaux cadres tout en menaçant de la faire voler en éclat.

Pourquoi le vaccin se révèle le plus brûlant des sujets d'actualité

Clairement nous agissons comme jamais, nous enjoignons de consommer du médicament, les médecins restent sacralisés depuis plus de 2000 ans car Hyppocrate établit une relation sacrée avec le patient où le docteur s'oblige a lui faire allégeance, lui garantir son silence et tenter de le soigner. Nous avons radicalement changé ce rôle, le docteur se conduit dorénavant comme l'agent de la puissance de l'état, d'une politique d'état, il va jusqu'à prescrire aux enfants en parfaite santé un médicament à risque pour soi-disant protéger une autre personne, ce qui s'avère faux car on a plus de chance d'attraper la rougeole ou la varicelle à partir d'une personne vaccinée.

Sur la notice du vaccin de la varicelle le fabricant prescrit ne pas s'approcher d'une femme enceinte car le vacciné reste immuno-compromis pendant six semaines or personne ne suit cette indication car le vacciné retourne à l'école dès le lendemain en dispersant le virus.

70 % des cas de poliomyélite surgissent de la vaccination censée l'éradiquer, de même pour la varicelle, tout indique que les vaccins propagent plus qu'ils ne bloquent la maladie. Son oncle John F. se prononça en faveur du vaccin contre la polio en le qualifiant de miracle mais à l'époque il n'existait que deux vaccins obligatoires et la plupart des maladies traitées n'était pas très contagieuses. Pour quelle raison nécessiter le vaccin de l'hépatite B ? Il s'administre dès le jour de naissance alors que le virus se transmet par voie sexuelle ou sanguine, seule la mère peut contaminer son bébé et dans ce pays toutes les femmes enceintes sont testées donc nul besoin de vacciner tout les bébés. Merck destina le vaccin à un public de personnes se droguant ou se prostituant sans obtenir de succès commercial alors la compagnie enjoignit la CDC de le rendre obligatoire aux enfants et à le renouveler tout les deux ans.

La seule raison d'être de ce vaccin consiste à enrichir son fabricant alors qu'il tue nombre d'enfants chaque année. De sucroît certains vaccins tuent clairement plus qu'ils ne sauvent comme celui du rotavirus dont on comptait bien moins de cas avant le vaccin et contient un virus de porc. Pourquoi l'injecte t'on aux enfants? mystère.

Le cas de la petite Hanna frappe l'attention, fille d'un fameux neurologue de l'hôpital John Hopkins et d'une infirmière avocate, le vaccin lui dévora littéralement le cerveau en la réduisant à l'état de légume. Alors que la cour de compensation des dommages de le vaccination fut submergée par 5 400 requêtes, elle décida d'en instruire six au préalable, le reste individuellement seulement si elle perdait un des six cas. Comme Hanna figurait parmi les six cas et que la cour s'aperçut de l'impossibilité de gagner celui-là, elle proposa discrètement au plaignant de le substituer tout en le dédommageant de 20 millions moyennant silence ce qu'il dut accepter sous la pression financière. La cour refusa toute demande de transparence de ses décision mais la fuite se produisit à l'occasion d'un procès ultérieur.