vendredi 9 avril 2021

Grand Reset

 

 

 Selon certains économistes comme le directeur du forum de Davos le suisse Klaus Schwab les taux d'intérêts bancaires au plus bas depuis des années risquent d'augmenter au point d'entraîner tant de faillites en série d'entreprises et de particuliers que les dettes seront annulées en échange de la renonciation à la propriété privée transférée aux sociétés financières, banques et holdings détenues par une poignée de familles. 

Arrivé à un certain point tout le monde se tient par la barbichette mais de plus en plus d'économistes insistent sur le retour de balancier vers une économie plus productive et soutenable avec moins d'acrobaties financières et de bureaucratie. 

Par exemple des subventions réorientées vers l'agriculture écologique, génératrice d'emplois, le recyclage des déchets, les déchets recyclables.

L'escroquerie vaccinale

 

L'auteur "new age" belge Jean-Jacques Crèvecoeur dénonce en réunion la supercherie, l'arnaque, l'escroquerie vaccinale immense, cette conjuration du pharmacien et du médecin pour plumer le citoyen en lui ruinant la santé avec la complicité de l'État. 

Adepte des thèses de Ryke Geerd Hamer, le cancérologue allemand persécuté par diverses autorités médicales, il a subit la persécution fiscale dans son pays pour ses propos publics à l'encontre de la doxa médicale. Il rejoint ainsi la cohorte interminable des scientifiques mis au banc de leur communauté pour les idées qu'ils diffusent. 

Selon l'économiste bulgare émigré au Québec Stéphan Penkov, la petite ou moyenne entreprise soit deux tiers de l'économie mondiale, est pratiquement mise à mort par les mesures de confinement qui ne profitent qu'aux grandes sociétés de services comme Amazon, volontairement selon lui mais il assiste au réveil des consciences même en Bulgarie corrompue. Il est  inconcevable que L'U.E. ne profite qu'à un seul pays. 

Aujourd'hui le cercle de Macron laisse paraître son impatience à propos du conseil scientifique sur lequel s'appuient les décisions présidentielles pandémiques en l'affublant du terme de Bison Futé, c'est dire la disgrâce. Les annonces de Jean Castex se voient aussitôt tournées en ridicule par les comiques troupiers des médias, alors que la fronde s'empare des réseaux sociaux et du public dans la rue.

Ce bidule de la Haute Autorité de la Santé nous alerte aujourd'hui du danger des tests naso-pharyngés    et  la deuxième couche de vaccin devra passer par une autre marque pour une certaine classe d'age sous peine de mort imminente. 

Chaque fois que la HAS prend la parole elle se couvre de ridicule en contaminant les relais du pouvoir jusqu'à Castex, cible de moqueries sans fin.

En vérité les médecins ne savent pas guérir la moindre grippe atypique car il s'en remettent au vaccin selon la logique dominante du profit. Comme le vaccin s'avère invariablement un échec la grippe dégénère en pneumonie atypique que les médecins ne savent toujours pas guérir car ils s'en remettent encore à des machines, ici les respirateurs qui tuent quand ils ne laissent pas de séquelles indélébiles. 

Ces traitements dépendant des machines s'imposent régulièrement par la voie hiérarchique hospitalière, le personnel soignant n'a pas son mot à dire. Que recourir à ce subterfuge soit plausible en urgence certes, hors urgence des doutes subsistent vu le bilan négatif.

Cependant les technocrates de Macron commencent à prendre la mesure de cette mafia médicale accrochée à ses intérêts financiers, ils taxent cette mafia d'hermétique,  jalouse de son pré carré, peu propice aux questions de l'Etat  sur son rang de CSP aux plus hauts revenus depuis 2010.

mardi 6 avril 2021

Juan Branco le retour


Le coronavirus étouffe dans l'oeuf la révolte des Gilets Jaunes

En Italie le virus  entérine la rupture avec l'extrême-droite sur fond de crise migratoire. En Espagne le virus consolide la participation de l'extrême-gauche sur fond de crise financière.  Au Royaume-Uni le virus rattrape le Premier Ministre et préside au Brexit. En Allemagne le virus souligne le rôle de vache à lait de l'U.E. En Chine le virus consacre la prépondérance économique. Aux E.U.A. le virus enterre la domination incontestée. En Russie le virus confirme l'autoritarisme. Au Brésil le virus révèle l'anarchie économique.

L'avocat des Gilets Jaunes Juan Branco s'accroche à l'idée que la réforme  du système sanitaire engagée sous Hollande par les collaborateurs actuels de Macron serait à l'origine de la crise du coronavirus, essentiellement une question de moyens et de personnel selon lui.   En fait cette crise met en évidence la main mise de l'industrie médicale, pharmacie et appareils, sur le système de santé publique,  imposant et contrôlant le monopole académique sur les soins afin d'assurer en flux continu de commandes publiques

Si ce monopole académique centenaire se remet en cause en faveur de médecines  dites alternatives comme les thérapies connues sous le nom de naturopathie, un coup majeur atteint cette industrie délocalisée en grande partie. Simultanément une réduction drastique de son coût intervient tout en améliorant son efficience notablement. Ces thérapies se moquent des tests, masques en espaces ouverts, confinements, vaccins et des médicaments en général.

Sur le fond politique Branco déplore le traitement social du confinement induisant trop de laissés pour compte et lui oppose l'allocation indiscriminée obtenue aux E.U.A. Il renvoie LRM et RN dos à dos, défend le populisme Gilet Jaune, fustige le conservatisme LR, condamne l'anti-sémitisme  et appelle de ses voeux une mobilisation populaire de type gauchiste pour battre Macron en lorgnant l'électorat RN. 


Macron sur la brèche a désigné le RN comme principal rival en oubliant un peu vite LR qui tient en Edouard Philippe un candidat plausible. LRM n'est ni à gauche ni à droite ou les deux à la fois, une indécision qui nuit davantage à la gauche encore sous le choc du mandat Hollande. 

Cependant les 52 volcans entrés en éruption au 24 mars sont en passe de convertir la classe politique en grands prêtres d'Amon-Rä, nous mettant tous d'accord.



lundi 5 avril 2021

Fébrilité en Ukraine



 La péninsule de Crimée aux mains des russes privée d'irrigation par l'Ukraine

L'installation du Président Biden à la Maison Blanche a mené l'Ukraine à remuer ses pions ne serait-ce que pour justifier l'appui militaire et économique manifesté par l'OTAN et ses principaux bailleurs. C'est ainsi que le Président Zélinsky a décrété poursuivre l'objectif de reprendre les territoires perdus en faveur de la Russie, soit la Crimée et le Donbass. 

Des convois ferroviaires de tanks et artillerie vers la frontière de part et d'autre se signalent, les violations du cessez-le-feu et les victimes à la frontière du Donbass se multiplient, le Président Biden et ses alliés de l'OTAN soutiennent ouvertement l'Ukraine. En retour le gouvernement d'Ukraine s'engage à ouvrir son économie aux investissements étrangers en privatisant les  entreprises du secteur public.

La supériorité militaire de la Russie reste écrasante,  elle ne manifeste aucun intérêt à entrer en guerre contre ses ex-compatriotes soviétiques, sa stratégie se limite à convaincre les ukrainiens de l'intérêt économique à se rapprocher des russes, au niveau de vie de trois à quatre fois plus élevé.

Les E.U.A. cherchent à éviter à tout prix l'achèvement du pipeline gazier Nord Stream II que la Russie assemble pour contourner l'Ukraine, lui portant un coup économique pratiquement fatal. Une tactique de diversion se distingue dans le Donbass et la Crimée pour cacher l'objectif d'abattre Nord Stream II afin de sauver l'Ukraine tout en conquérant le marché gazier européen inauguré par les commandes du vassal polonais à son suzerain étatsunien.

En attendant l'U.E. devient le marché de prédilection des multinationales asiatiques et américaines, notamment du secteur pharmaceutique actuellement.



Big Pharma passe son temps à entuber son prochain

 


Arrivé en 1995 le Ph. D. Michael Yeadon passe 16 ans comme chercheur chez Pfizer au sud de l'Angleterre où il finit par décrocher un poste de vice-président et directeur de la division Allergies et Voies Respiratoires. Cependant la firme le licencie avec son équipe quand le PDG prend la décision stratégique de délaisser la thérapie  objet de leur recherche. Alors Yeadon monte l'entreprise de biotech Ziarco dans la région de Boston aux E.U.A. avec trois collègues de Pfizer afin de poursuivre leur recherche sur des thérapies prometteuses visant des allergies et maladies inflammatoires que Pfizer risque d'abandonner.

En 2012 Ziarco annonce la participation de plusieurs investisseurs dont les fonds de capital-risque de Pfizer et d'Amgen Inc.

En 2017 le travail de Ziarco paye enfin dans son volet commercial déployé par Yeadon: Novartis rachète la compagnie pour $325 millions plus $95 millions si certains objectifs sont atteints. Il s'agit d'un pari sur un médicament au potentiel de meilleur traitement oral d'eczéma de forme modérée à sévère, un genre d'urticaire commun. L'affaire permet à Yeadon d'empocher des millions de dollars selon ses propres déclarations.

Cependant en juillet dernier Novartis déclare renoncer au programme de développement clinique de ce médicament après des résultats préliminaires décevants puis en comptabilise une perte de $485 millions.

Il s'agit du phénomène des block-busters comme le Viagra de Pfizer que recherchent désespérément les compagnies pharmaceutiques pour survivre, souvent fondés sur un concours de circonstances exogènes telles la publicité ou le lobbying et s'avérant toxiques sinon cancérigènes comme Premarin  racheté par l'incontournable Pfizer, contre les effets de la ménopause, issu de l'urine de jument en gestation et longtemps le médicament le plus prescrit au monde.

A défaut de block-busters qui finissent invariablement dans le domaine public, les vaccins prennent avantageusement le relais financier pour une question de survie boursière.

Aujourd'hui Yeadon défraie la chronique par ses déclarations tonitruantes sur les réseaux sociaux mettant en garde contre les vaccins dont celui de Pfizer et suscitant l'incompréhension de ses anciens collègues.

samedi 3 avril 2021

Les vaccins, une tartufferie grossière profitable aux investisseurs


Jean-Jacques Crèvecoeur et ses invités, le réquisitoire anti-vaccin, anti-masque et anti-confinement, la naturopathie contre la médecine académique non-urgentiste.

L'arnaque vaccinale n'en finit plus, les anglais attribuent leur baisse récente des contaminations à leur taux de 50% de vaccination alors que l'arrivée du printemps signale partout l'atténuation drastique de la virulence, comme toute les grippes. 

Le vaccin du tétanos ne peut pas prévenir cette maladie, seule l'hygiène permet de s'en débarrasser, comme la plupart des vaccins y compris contre le COVID-19.

Pendant ce temps les firmes pharmaceutiques se frottent les mains à la perspective de la manne céleste des commandes d'Etat. Les hôpitaux publics refusent du monde car le seul moyen de faire travailler le secteur médical public c'est de paralyser le reste de l'économie. 

On s'aperçoit du parasitisme du secteur médical au crochet de l'Etat, incapable de guérir la moindre grippe, encore moins une pneumonie quand il ne rend pas directement malade. Un secteur où les marchands du temple sont rois à en juger le prix exorbitant de l'équipement et son efficacité douteuse. Tout n'y est que protocole, procédure, hiérarchie et administration.

Les médias ne sont pas en reste, préparant sans cesse l'opinion à de nouveaux centres de profit pharmaceutique: jeunes adultes, adolescents,  enfants, animaux domestiques, il s'agit d'occuper le moindre espace de communication pour vanter la marchandise à vendre.

Entre les tests, masques, vaccins, respirateurs à gogo, malheur au pays qui échappe au partage du gâteau,  quasiment l'Europe post-Brexit, réduite au rôle de cobaye de laboratoire..

Le masque pour enfant s'avère une hérésie hygiéniste toxique. Les médias colportent des nouvelles sensationnellement fausses comme ces 20 parents d'élève d'un établissement scolaire dont le décès  annoncé s'avère celui de parents au second degré ou plus. L'impression d'une vaste campagne commerciale de fournitures médicales s'installe pour durer.


jeudi 1 avril 2021

La pyramide hiérarchique de la fonction publique hospitalière


Description ubuesque de l'administration hospitalière publique qui explique pourquoi il n'y a rien à en attendre vu le coût astronomique, le bilan négatif de la médecine non urgentiste et l'ambiance de panier de crabe régnant dans les établissements. La hiérarchie s'ingénie à privilégier les protocoles de soins les plus chers et les moins efficaces exploitant toujours plus de machines comme pour le COVID où les respirateurs au prix exorbitant font des ravages en séquelles et décès de patients. 

Nid de maladies nosocomiales, l'hôpital serait à l'origine de 40 000 contaminations COVID, le volet  hôtellerie de l'hôpital laisse aussi à désirer dans la mesure où les thérapies comme le jeûne, la phytothérapie et l'homéopathie se voient ignorées au nom d'un monopole imaginaire. Selon le médecon Kron, le lit d'hôpital public coûte 66% plus cher que le privé et le reste à l'avenant. 

Le COVID-19, une grippe dégénérant en pneumonie atypique quand elle est mal soignée néanmoins  guérissable avec des thérapies simples et peu onéreuses, ne fait que révéler un peu plus la gestion déplorable d'une sécurité sociale fonctionnarisée jusqu'aux yeux, le tout au dépend de l'emploi. 

La fonction médicale se considère comme une sorte de fonction sénatoriale dont la vie du peuple dépend, justifiant les postes de commandement de subalternes dans le labyrinthe hiérarchique, avec les salaires mirobolants qui les accompagnent. Au bilan, débordés par une grippe saisonnière atypique, ils se voient réduit à supplier l'exécutif de bloquer l'économie pour ne pas sombrer dans le ridicule de paraître totalement débordés par une maladie n'affectant que les personnes souffrant déjà de co-morbidité multiple.

La pneumologue roumaine Flavia Groșan prétend guérir le COVID-19 sans hospitalisation

La pneumologue roumaine Flavia Grosan met en cause le traitement contre le COVID-19 prescrit par les médecins du monde entier dont le moins que l'on puisse dire c'est qu'il présente des failles car le Président vient de décréter un nouveau confinement.

La doctoresse roumaine révèle le traitement qu'elle dit avoir guéri des milliers de patients infectés par le coronavirus:

En dix jours, mes patients vont bien, ils restent en isolement pendant quatre jours de plus, après quoi ils reprennent leur activité. Dans mon premier rapport , j'ai parlé de mille patients. Non pas mille mais des milliers! Parce qu'il y a trois, quatre patients COVID par foyer et je les traité tous. Il y a donc des milliers et des milliers de patients qui ont très bien guéri. 

Je connais trois cas qui sont partis à l'hôpital, je ne suis pas parfaite non plus. Peut-être y en a-t'il plus, je ne sais pas! Dans l'ensemble, les retours de mes patients sont bons. 

J'ai un schéma dans lequel chaque médicament joue son rôle. Si le patient me dit qu'il a de la fièvre, il y a un problème. S'il me dit qu'il tousse, il y a quelque chose qui cloche. Je contrôle l'histoire. C'est une histoire, parce que je m'adresse aux gens. Et cette histoire restera écrite par moi. 

L'antibiotique clarithromycine seul ne peut pas faire face. C'est une star, mais elle a besoin d'aide. La reine est le bronchodilatateur Ventolin , le roi est le corticostéroïde Flixotide.

Des médecins n'ont pas compris pourquoi j'étais contre la codéine contre la toux. Je ne veux pas que la codéine laisse des sécrétions dans mes poumons. Je préfère le Ventolin. Je me suis assis avec chacun d'eux et leur ai expliqué comment prendre ce Ventolin. 

J'ai lancé la chambre d'inhalation. C'est une bouteille en plastique sur laquelle vous attachez le spray et inhalez depuis la pièce. Je sais avec certitude que ça pénètre dans mes poumons. Sinon non!    C'est comme ça que j'ai traité COVID. Je suis sur le même plan depuis dix ans. Pas d'hier, aujourd'hui, dix ans. Le Covid-19 est un rhume sain, donc des démangeaisons, un virus un peu plus agressif, les symptômes sont un peu plus brutaux. Il faut le traiter dès le premier symptôme, entrer dans le traitement pour ne pas le laisser tomber.

Le rôle de mon schéma est anti-inflammatoire, pour limiter la propagation du COVID, pour limiter son action inflammatoire. C'est comme ça que j'ai traité Covid, dans ce style.

Le schéma n'est pas figé, nous l'adaptons au patient. Mon schéma ne contient pas de cortisone, mais si nécessaire, je la donne , a déclaré la pneumologue Flavia Groșan , sur Antena 3.

Docteur Flavia Groșan , première réaction après la vague de critiques: je suis submergée par ce qui m'arrive

Il y a eu beaucoup de critiques à l'encontre de la pneumologue, mais Flavia Groșan a également reçu des messages d'encouragement de la part des patients qu'elle a guéris. Elle pense que les moments où elle était avec eux importaient pour eux. Le personnel médical a parlé dans une interview diffusée à Sinteza Zilei, des critiques, mais aussi des messages d'encouragement qu'il a reçus ces derniers jours.

« Le fait que je sois avec eux depuis le début de la pandémie. Quand le premier état d'urgence a commencé, j'étais là et je leur ai dit "restez calme, je suis avec vous, c'est une pneumonie". Je leur ai envoyé mon énergie positive, ma confiance, ils sont venus vers moi (...) Des groupes se sont créés sur Facebook, ils m'appellent au téléphone, je reçois des messages de soutien. Je suis bouleversé par ce qui m'arrive », a déclaré le docteur Flavia Groșan, en exclusivité sur Antena 3.

Le pneumologue avoue avoir apprécié tous les messages d'encouragement qu'il a reçus, mais la vague de critiques qu'il a suscitée lui a causé un malaise. Le médecin prétend que la plainte a été déposée par une collègue et que ce geste la dérangeait encore plus, car il ne s'agissait pas de faute professionnelle.

«Après tant de travail, un travail énorme que j'ai eu, Lavinia, mon infirmière a travaillé dur cette année, d'être invitée à la commission d'éthique parce qu'un collègue s'est plaint à vous, pas à un patient, donc nous ne parlons pas de faute professionnelle, je pensais que je vivais dans un film américain. Je ne peux pas croire une telle chose (...) J'ai un schéma dans lequel je sais ce que fait chaque médicament. S'il me dit que le patient a de la fièvre, quelque chose ne va pas (...) Je m'adresse au monde, aux gens ordinaires. Je dois faire une histoire et ça restera cette histoire écrite par moi! ", A ajouté le médecin, exclusivement pour Antena 3.

Renversement de la situation concernant la déclaration du Dr Flavia Groșan d'avoir guéri 100% des cas de coronavirus traités, le président du College Medical  de Bihor, le Dr Carmen Pantiș, révèle que ce n'est pas le cas.

Le docteur Pantiș affirme qu'après avoir été traités par le Dr Groșan, de nombreux patients atteints du COVID- 19 sont arrivés dans un état grave à l'hôpital municipal d'Oradea.

«En réalité, il y a beaucoup de gens qui, après être allés au cabinet privé du Dr Groşan, sont arrivés dans un état grave à l'hôpital municipal d'Oradea. 

Collège des médecins: Il y a de nombreux patients qui, après être allés chez le Dr Groşan, sont arrivés dans un état grave à l'hôpital

Comment pouvez-vous prétendre que vous avez guéri à 100% un millier de personnes et que vous savez que vos patients se retrouvent dans un état grave à l'hôpital? », A déclaré le directeur du Collège médical de Bihor, le Dr Carmen Pantiş.

La déclaration du CMR vient après, dans l'article sur le site National.ro, le Dr Groşan affirme avoit guéri "à 100% près d'un millier de patients Covid".

«Le médecin a fait des déclarations qui ont causé de graves dommages au corps médical en suggérant que les médecins infectieux et ATI nuiraient aux patients, mais aussi en niant les protocoles de traitement COVID pratiqués dans les hôpitaux. 

Je l'ai invitée à la Commission d'éthique pour justifier ses déclarations », a déclaré le Dr Carmen Pantiş, présidente du College Medical de Bihor .

Dr Groşan: De nombreux cas se sont retrouvés à l'hôpital. Il y a aussi des échecs dans la vie

La pneumologue  Flavia Groșan  dit que des temps difficiles arrivent pour elle, après avoir été signalée au Collège des médecins parce qu'elle a critiqué les traitements appliqués dans les hôpitaux aux patients COVID-19

«Des moments difficiles me viennent à l'esprit. Beaucoup de cas se sont retrouvés à l'hôpital. J'en connais environ trois. Je sais comment ils sont arrivés à l'hôpital. Ils sont fiévreux et agréablement saturés et après 3 semaines, ils sont toujours là. Eh bien personne n'est parfait, des erreurs arrivent dans la vie, quelles autres erreurs ai-je faites?

Comme d'habitude, je n'avais aucun droit à l'opiner (...) », a répondu le docteur Groşan.

Le médecin qui a guéri autrement les patients COVID: je prends le médicament classique, bon marché et non intubé.

Une pneumologue en Roumanie dit avoir guéri près de 1000 patients atteints de COVID, traitant la maladie comme une pneumonie atypique et utilisant un médicament classique et, en même temps, bon marché.

La Dre  Flavia Groșan  est pneumologue-bronchologue et affirme que son objectif est, depuis le début de la pandémie, qu'aucun patient n'ait besoin d'un masque à oxygène.

Pour remettre ses patients sur pied, le médecin affirme avoir utilisé un antibiotique classique.

Lire aussi  Radu Tudor, à propos du médecin qui prétend avoir sauvé 1000 patients COVID: j'ai une question pour le Collège des médecins

Le Dr Flavia Groşan risque d'être exclu de la profession. CMR: Dérapage professionnel sérieux

Le Collège des médecins a déposé une plainte après la parution de plusieurs articles dans la presse ces derniers jours au sujet d'un pneumologue qui prétend accomplir des miracles et guérirait les patients COVID avec son propre schéma de traitement et des médicaments bon marché.

Le collège des médecins de Bihor, dont le Dr Flavia Groşan est membre, l'a notifiée mercredi, elle fera donc l'objet d'une enquête de la Commission d'éthique.

La réunion aura lieu le lundi 22 mars, à 14h00, au sein de la Commission d'éthique et d'éthique professionnelle.

Selon le directeur du Collège des médecins, le Dr Flavia Groşan, ancien directeur de l'ancien hôpital de la tuberculose au milieu des années 2000, plus tard employé de l'hôpital municipal de Marghita, "a pris sa retraite du système de santé publique il y a environ quatre ans et possède depuis lors un bureau privé à Oradea ".

Collège des médecins, sur le cas du Dr Groşan: "Dérapage professionnel sérieux"

En outre, le président du collège des médecins de Bihor souligne que les déclarations du Dr Groşan sur la nature dangereuse de l'oxygénothérapie dans les hôpitaux sont dangereuses et aberrantes:

"Oui, c'est une aberration de dire que l'oxygène nuit au cerveau, qu'il provoque un œdème cérébral, sachant que les patients sous oxygénothérapie ne reçoivent pas d'oxygène pur."

Le Dr Flavia Groşan, pneumologue, affirme qu'elle traite le COVID comme une pneumonie atypique, avec des antibiotiques, même par téléphone ou en ligne, afin de ne pas mettre les malades sur la route.

De plus, la pneumologue d'Oradea est d'avis que "d'énormes erreurs sont commises dans les hôpitaux et que le protocole COVID tue réellement les patients", selon National.ro.

Voir aussi l'article du Visegrad Post

mercredi 24 mars 2021

Quand l'autorité religieuse défie l'autorité sanitaire


Apparement il n'existe plus d'autorité religieuse en France multicultuelle pour questionner publiquement des décisions politiques mal acceptées par la population. Ils faut donc la rechercher ailleurs. 

Cet article apparu sur la toile autour du 21 février 2021, modèle de dénigrement vaccinal, fait passer la santé individuelle avant les shekels et se révèle trop beau pour ne pas figurer dans les blogs de référence à travers le monde comme l'islamo-sceptique Gates of Vienna, la Voz de Cesar Vidal ou Lew Rockwell

La position du Vatican semble plus versée sur la vaccination inconditionnelle, il est vrai que le Saint-Siège dispose de peu d'appuis institutionnels en Europe. En d'autres temps le Pape aurait prescrit un jeûne et des processions pendant une semaine comme en l'an de grâce 590 à Rome, mesures pourtant éprouvées par l'histoire.



Une video du canal YT du rabbin israélien Chananya Weissman: La vaccination style Poutine

Les 31 raisons du rabbin israélien Chananya Weissman pour refuser le vaccin contre le Covid-19

1. Ce n'est pas un vaccin.  Un vaccin, par définition, confère l'immunité à une maladie mais ce médicament n'immunise rien du tout. Dans le meilleur des cas, il réduit le risque de contracter une maladie grave si l'on est contaminé par ce virus. C'est donc un traitement médical, pas un vaccin. Je ne souhaite pas suivre le traitement médical d'une maladie avant de l'avoir contractée.

2. Les compagnies pharmaceutiques, les politiciens, l'institution médicale et les médias ont uni leurs forces pour désigner universellement ce médicament comme un vaccin alors qu'il ne l'est pas, dans le but de rassurer la population face à un nouveau traitement médical.  Parce qu'ils sont trompeurs, je ne leur fais pas confiance et n'ai rien à faire de leur traitement médical.

3. Les bénéfices présumés de ce traitement médical sont minimes et ne dureraient en aucun cas longtemps.  L'établissement le reconnaît et parle régulièrement  de vaccins supplémentaires puis d'un nombre  croissant de nouveaux «vaccins» qui seraient nécessaires. Je refuse de me transformer en patient chronique recevant régulièrement des injections de nouveaux médicaments simplement pour réduire l'éventualité de contracter une maladie grave que ces injections n'empêchent même pas.

4. Je peux réduire l'éventualité d'infection par ce virus en renforçant naturellement le système immunitaire.  Dans le cas où j'attrape un virus, il existe des vitamines et des médicaments bien établis avec de merveilleux résultats pour conjurer la maladie, sans les risques et les inconnues de ce traitement médical.

5. L'institution médicale insiste sur le fait que ce traitement médical est sans danger.  Ces gens ne peuvent pas le savoir car les effets à long terme sont entièrement inconnus et pour de nombreuses années. Ils peuvent spéculer sur la sûreté, mais il est fallacieux de l'affirmer par défaut. Comme ils sont malhonnêtes, je ne leur fais pas confiance et ne veux pas de leur traitement.

6. Les compagnies pharmaceutiques sont dégagées de toute responsabilité en cas de problème et ne peuvent être poursuivies.  Idem pour les politiciens qui soutiennent ce traitement. Je ne m'injecterai pas de médicament expérimental si son concepteur n'accepte pas de responsabilité en cas de problème. Je ne risquerai pas ma santé et ma vie s'il refuse de risquer quoi que ce soit.

7. Le Premier ministre israélien a ouvertement admis son peuple comme cobaye de laboratoire mondial pour ce traitement expérimental.  Je ne suis ni intéressé par le rôle de cobaye ni à donner mon corps à la science.

8. Israël a accepté de partager les données médicales de ses citoyens avec une société étrangère dans le cadre d'un contrat de traitement médical.  Je n'ai jamais consenti que mes données médicales personnelles soient partagées avec une telle entité ni me l'a été demandé. Je ne contribuerai pas à cette entreprise louche.

9. Les dirigeants et membres du conseil d'administration de Pfizer ont déclaré ne pas recevoir leur propre traitement, malgré toute la fanfare et les assurances.  Ils  jugent injuste de passer devant le public. Excuse absurde nécessitant une quantité incroyable de chutzpah pour l'invoquer . Une telle file d'attente résulte de leur imagination; S'ils s'inoculaient leur médicament personne ne crierait au scandale. De plus, les milliardaires en jets privés d'habitude n'attendent pas les foules pour se servir.

10. Les médias établis ont accepté cette excuse absurde sans question ni inquiétude.  Ils félicitent même les dirigeants de Pfizer pour leur soi-disant sacrifice. Comme ils nous considèrent comme des imbéciles, je ne leur fais pas confiance et refuse leur nouveau traitement. Ils peuvent prendre ma place dans la queue.  je vais me placer à la fin.

11. Trois faits à considérer:

Bill Gates vante ces vaccins comme essentiels à la survie de la race humaine.

Bill Gates pense que la planète compte trop de personnes et doit se «dépeupler».

Bill Gates, possiblement l'homme le plus riche du monde, n'a pas non plus été inoculé. Alors pas de précipitation.

Je repousserai tous les traitements médicaux qu'il vantera.


12. L'industrie pharmaceutique a célébré ce traitement d'une seule voix.  Politiciens et journalistes exhortent à considérer sa presciption un devoir moral et civique. Ses avantages sont grandement exagérés, les risques ignorés et les inconnues écartées. Parce qu'ils sont trompeurs et manipulateurs, je ne jouerai pas ma santé sur leur intégrité.

13. Une intense campagne de propagande se poursuit en faveur du traitement.  Politiciens et célébrités prennent des selfies de leur inoculation parfois en faisant semblant, ravissant les gens des médias. C'est la campagne de marketing la plus répandue de l'histoire. Ce cirque ne convient pas à un traitement médical surtout s'il est expérimental et tout cela me fait reculer.

14. Les masses suivent à la remorque, publiant des photos d'inoculation, encourageant l' imitation.  Il y a de quoi s'alarmer et je n'en veux pas. Je n'ai jamais pris de médicament pour faire comme tout le monde et c'est très bien ainsi. Je ne vais certainement pas commencer maintenant.

15. Les personnes qui s'inquiètent de ce traitement médical sont victimes d'intimidation, de calomnie, de moquerie, de censure, d'ostracisme, de menace et de licenciement.  Elles comprennent les professionnels de santé aux inquiétudes fondées sur la science pharmaceutique et les soignants voyant des personnes sous leur responsabilité souffrir d'horribles réactions avant de mourir peu après l'injection. Lorsque l'institution médicale se sépare de personnes risquant leur carrière  afin d'exprimer leurs doutes à propos d'un nouveau traitement médical, même sans s'y opposer ouvertement, je fais confiance à ces braves gens. Je ne connais pas de cas similaires où vérité et moralité se soient rangées du côté de l'establishment.

16. C'est la plus grande expérience médicale de l'histoire de la race humaine.

17. Elle n'est délibérément pas présentée comme telle et qu'il s'agisse d'une expérience médicale s'avère gravement minimisé.

18. S'ils étaient francs avec les foules, très peu de gens accepteraient de participer à une telle expérience.  Manipuler les foules pour participer à une expérience médicale sous de faux prétextes viole les fondements de l'éthique médicale et du droit démocratique. Je ne permettrai pas aux personnes sans éthique se livrant à une telle conduite de m'injecter quoi que ce soit.

19. L'institution médicale n'informe pas les gens de tout cela.  Elle est devenue la représentante commerciale d'un médicament expérimental, au service de grandes entreprises et de politiciens qui ont passé des accords avec elle. C'est un conflit direct avec leur mandat de se préoccuper exclusivement du bien-être des personnes dont ils ont la charge. Depuis que l'institution médicale s' est corrompue et n'est devenue qu'un outil d'entreprise et de politique, je ne fais pas confiance au médicament expérimental qu'elle voudrait tant m'injecter.

20. Nous subissons des pressions diverses pour nous inoculer ce qui viole l'éthique médicale et les fondations d'une société démocratique.  La meilleure façon de m'empêcher de faire quelque chose est de m'y obliger.

21. Le gouvernement a scellé son protocole relatif aux virus et aux traitements depuis TRENTE ANS.  Ce sont des informations que le public a le droit de connaître et que le gouvernement a la responsabilité de partager. Que cache-t'il? S'attend-il que je croie en son onction casher, qu'il se préoccupe de ma santé? La dernière fois c'était lors de l'affaire des enfants yéménites. Si vous ne la connaissez pas, recherchez-la. Maintenant, il tire le même shtick. Il ne m'a pas dupé la première fois et ne me trompe certainement pas maintenant.

22. Que le gouvernement puisse partager nos données médicales avec des sociétés étrangères sans partager son protocole et  je m'enfuie.

23. L'institution médicale a recruté médecins, rabbins, médias et les masses pour haranguer les gens refusant l'injection d'un nouveau médicament.  Ces gens sont affublés des pires noms d'oiseaux. On leur prête la croyance aux plus folles conspirations, ils seraient contre la science, égoïstes, meurtriers,  n'auraient aucun souci des personnes âgées,  ce serait leur faute si le gouvernement impose des restrictions draconiennes au public. Tout cela suite a nos questions sur l'injection d'un médicament expérimental . On nous inflige même l'obligation religieuse de nous inoculer sans quoi nous serions de graves pécheurs. On nous dit que si nous refusons l'injection, nous devrions  rester dans nos maisons pour toujours et nous exclure de la vie publique.

C'est horrible, dégoûtant, pervers, immoral selon la Torah. Cela me fait reculer, renforce ma méfiance à leur égard et mon opposition à participer à cette expérience. Comment osent-ils?

24. Je connais de nombreuses personnes inoculées mais aucune d'entre elles n'a étudié la science en profondeur, soigneusement pesé les avantages face aux risques, comparé les alternatives, ne s'est informée ni a décidé en connaissance de cause. Au contraire, elles ont reçu l'injection en raison du tir de battage médiatique, la propagande, la pression, la peur, la confiance aveugle en «la majorité des experts»  (en supposant qu'ils le soient, ce qui est très douteux. ), la confiance aveugle en l'exhortation de certains rabbins influents (idem ci-dessus), ou la peur hystérique que la seule option soit l'injection face au risque de grave maladie virale. Quand je vois une hystérie de masse et un comportement sectaire autour d'un traitement médical, je suis extrêmement méfiant et je l'évite.

25. Les compagnies pharmaceutiques partagent une longue et peu glorieuse histoire du carnage de masse par  médicament miracle prescrit à une population sans méfiance, même en connaissant au préalable les graves problèmes de leurs produits.  Au lieu d'appuyer sur le bouton pause et arrêter la commercialisation de ces médicaments jusqu'à ce que ces problèmes puissent être correctement étudiés, les sociétés pharmaceutiques ont tout fait pour supprimer les informations et continuer à promouvoir leur marchandise. Lorsque ces entreprises ont démontré un manque de préoccupation pour la vie humaine, je ne leur fait pas confiance quand elles font du battage publicitaire pour un nouveau médicament miracle. Ce n'est pas notre premier rodéo.

26. En effet, les histoires horribles arrivent à une vitesse vertigineuse mais les politiciens ne se sentent pas le moins du monde concernés, l'institution médicale balaye ces récits comme  sans rapport ou insignifiants, les médias les ignorent pendant que les compagnies pharmaceutiques avancent à toute vitesse et les gens brandissant un drapeau rouge se voient intimidés, censurés et punis.  Il est clair que ma vie et mon bien-être ne constituent pas leur principale préoccupation. Je ne serai pas leur prochain cobaye de laboratoire. Je ne risquerai pas d'être la prochaine «coïncidence».

27. Bien que de nombreuses personnes soient décédées peu de temps après l’injection - y compris des jeunes en parfaite santé - nous ne sommes pas censés suspecter le médicament.  D'une manière ou d'une autre c'est contre la science et fera mourir davantage de gens. Nier tout lien, abuser des gens spéculant sur cette éventualité et ne pas montrer la moindre curiosité pour cette piste s'avère anti-scientifique et pourrait bien faire mourir davantage de gens. Ces mêmes personnes me croient obligé à l'injection. Non merci.

28. Je suis repoussé par le culte religieux d'un produit pharmaceutique et ne participerai pas à ce rituel.

29. Mon professionnel de la santé ne cesse de me harceler pour l'inoculation mais ils ne fournit aucune information sur ce traitement ni d'alternative.  Tout ce que je sais,  je l'ai appris  en dehors de l'institution médicale. Le consentement éclairé est devenu un acte de conformité. Je le refuse.

30. Je vois le mensonge, la corruption, la propagande, la manipulation, la censure, l'intimidation, le viol de l'éthique médicale.  le manque d'intégrité dans le processus scientifique, l'occultation des effets indésirables, le rejet des préoccupations légitimes, l'hystérie, le comportement sectaire, l'ignorance, la faiblesse d'esprit, la peur, la tyrannie médicale et politique, la dissimulation des protocoles, l'absence de véritable souci pour l'homme, la vie, le manque de respect des libertés et droits humains fondamentaux, la perversion de la Torah et du bon sens, la diabolisation des bonnes personnes, la plus grande expérience médicale de tous les temps menée par des personnes avides, indignes de confiance et impies, l'irresponsabilité pour qui exige que je risque tout… Je vois tout cela et ai décidé qu'ils pouvaient tous prendre ma place dans la file d'attente. Je mettrai ma confiance en Dieu. J'utiliserai l'esprit avec lequel Il m'a béni et je ferai confiance en mes instincts naturels. Ce qui conduit à la dernière raison qui résume pourquoi je ne me ferai pas «vacciner».

31. Tout cela pue.

L'entourloupe sanitaire

En France un étudiant en bonne santé de 6 ème année de médecine décède d'une thrombose 10 jours après sa vaccination Astrazeneca. En Espagne une professeur de secondaire de 43 ans sans antécédents médicaux décède d'une hémorragie cérébrale deux semaines après sa vaccination AZ. Une femme de 40 ans décède d'un arrêt cardiaque une semaine après la vaccination. En Géorgie une infirmière suédoise de 27 ans succombe d'une réaction allergique 1 jour après sa vaccination. Bien que le lien soit établi entre les thromboses et le vaccin AZ, les avantages surpassent les inconvénients plaisantent les autorités de l'Union Européenne.

Comme l'annonçaient les anti-vax, nous avons affaire à des morts subites imprévisibles doublées d'une efficacité vaccinale douteuse. Le COVID-19 confirme sa vocation de foutaise destinée á faire tourner le commerce. Le monde s'aligne sur la propagande de Big Pharma depuis les E.U.A., paranoïa voyageant par téléphone. 

Certes il ne s'agit pour l'instant que de quelques dizaines de cas sur des millions de doses mais l'écrasante majorité des vaccinés n'auraient jamais souffert du virus ne serait-ce que par prévention et l'écrasante majorité des personnes vulnérables auraient pu être identifiées et traitées spécifiquement . Il s'agit d'une arnaque globale illustrant la capacité de nuisance de Big Pharma, appuyée sur son impunité vaccinale, la maîtrise des rouages bureaucratiques et  de l'information.  Avec un Président issu d'une famille de médecin, la conjonction astrale s'avère idéale, l'heure des médecins a sonné.

Ce SARS-2 n'est qu'un nouveau virus se répandant sur une population vieillissante à la santé dégradée par l'age, la détérioration de l'environnement et de l'alimentation. Le chiffre à retenir reste l'age moyen des décès du COVID-19, autour des 80 ans, décès naturels transformés par l'administration sanitaire en décès par maladie, au coeur de l'entourloupe. Quand aux hospitalisations, elles laissent des séquelles importantes, preuve de leur inadaptation pour un coût exorbitant, là encore la bureaucratie sanitaire sévit en imposant les traitements les plus onéreux.

Néanmoins si ce virus présente une utilité c'est bien d'alerter sur la toute puissance des multinationales de l'industrie, projetée sur leur quasi-monopole de l'information dans le cas des démocraties, leurs dégâts sur l'environnement le tout avec la complicité nécessaire des gouvernements.   

https://www.elmundo.es/ciencia-y-salud/salud/2021/03/20/6055afe7fdddffc6848b4600.htm

lundi 15 mars 2021

La foutaise du COVID-19


Le COVID n'achève que les personnes déjà très malades, à comorbidités multiples, la moyenne d'age des décès annoncés à grand bruit tournant autour des quatre-vingt ans. Les malades en réanimation s'en sortent avec des séquelles, preuve que le traitement s'avère inadapté, mais tout cela fait bosser les médecins,pas vrai?

L'Italie se met à confiner radicalement sous prétexte de ne pas congestionner les services médicaux. Les médecins se retrouvent avec les pleins pouvoirs de vie et de mort sur l'économie en jouant sur l'effet placebo en sens inverse. Plus les gens se persuadent qu'un virus mortel circule plus ils en sont victimes, pour preuve l'épidémie de grippe qui sévit en plein été en Afrique Australe livrée pieds et poings liés à la science occidentale. Les politiciens suivant l'avis des médecins prouvent leur crédulité, leur inculture, leur dépendance à l'industrie pharmaceutique par médias interposés, à sa botte. 

 Le lobby de Big Pharma est parvenu à interdire au gouvernement états-unien de discuter les prix des médicaments qu'il doit rembourser à travers les divers programmes d'assistance. Tous les sièges de Big Pharma international se délocalisent aux Etats-Unis, son Eldorado. 

Big Pharma fixe les prix et investi les bénéfices dans les médias et le tour est joué, traitements les plus onéreux, vaccins inutiles et toxiques généralisés avec le concours de l'Ordre des Médecins, cet ignoble tribunal de la médecine fondé par Vichy pour persécuter les juifs dans le secteur médical. Big Pharma achète les médecins, les médias et les politiciens. En Chine aussi, un petit-fils de l'ex-président Ziang Zémin contrôle le fabriquant du remdesvir dans ce pays, autre échec. 

Comme il n'y a pas d'alternative aux médias de masse, Big Pharma c'est comme le dernier réduit du capitalisme sauvage et s'en donne à coeur-joie, les réseaux sociaux sont de la partie.

dimanche 14 février 2021

Le Fascisme est allégresse camarades, hommage à la Division Azul

 

Hommage aux morts de la Division Azul à la bataille de Krasno-Bor, ces volontaires espagnols combattant aux cotés des soldats de la Wehrmacht sur le front de l'Est entre 1941 et 1944. Défilé dans le cimetierre de l'Almudena à Madrid dans le calme, l'ordre et la camaderie, toutes enseignes déployées. "Nous n'avons rien à craindre", "Réjouissons-nous, le fascisme est allégresse camarades ","Arriba España, Arriba Europa".

mercredi 3 février 2021

Une pandémie de paranoïa grippale jusqu'au Zimbabwe

Au Zimbabwé les hivers ne passent pas pour rigoureux à en juger par la faune et la flore de brousse et savane. Pourtant pas moins de trois ministres viennent de tomber sous les traits du COVID-19 en une semaine. Certes ces dignitaires vêtus de costume et cravate, agés et obèses dans un pays que la population fuit pour cause de famine endémique, entraient dans les catégories les plus risquées mais quand bien même, on se demande si leur décès ne serait pas à cause de l'effet placebo négatif, inverse de l'effet placebo positif qui guérit.

En Afrique australe l'été torride baigne la population de soleil radiant, pourtant l'épidémie de grippe bat son plein, la République d'Afrique du Sud déplorant déjà 33 000 victimes sur un million de cas COVID-19. Contrôles frontaliers vains, tests, confinement et vaccin sévissent comme dans l'hémisphère nord en hivers.  Là encore la suspicion d'effet placebo négatif subsiste.

Des naturopathes proposent pourtant des cures depuis le début de cette grippe, simples comme bonjour et coûtant peu ou pas un rond: 

En cas d'infection:

  • jeûne sec de 24h à 72h selon l'état de santé. Si vous êtes en état de jeûner vous êtes en état de guérir.
  • Péroxyde d'hydrogène à 3% en nébulisation dans les voies respiratoires pour terrasser l'infection en 3-4 jours, il s'agit d'eau oxygénée, antiseptique produit par le corps humain.
  • Vitamine C à hautes doses  jusqu'à la guérison, valable aussi en cas d'infection intestinale
  • Anticoagulant en cas d'infection avancée pour éviter les thromboses et embolies
  • Sans oublier les mesures d'hygiène élémentaires notamment la cure de Kneipp, bains et douches froides.

La plupart des médecins déçoivent, bons seulement à confiner le peuple, rentiers de la Sécurité Sociale, catégorie socio-professionelle aux plus haut revenus depuis 2010, emprisonnés dans les traitements que leur hiérarchie impose de prescrire, souvent les plus onéreux.

Pour s'immuniser contre toute infection pulmonaire dans la durée il faut s'infecter et guérir par le jeûne sec deux fois à environ 15 jours d'intervalle d'après mon expérience et les témoignages disponibles. On s'infecte volontairement en baissant sa propre température corporelle de quelques degrés par un bain froid prolongé, car nous avons tous des virus dans les poumons en faible concentration en raison de la température interne. Cette concentration explose sur une baisse de quelques degrés Celsius de température corporelle même un degré. Si on n'arrive pas à s'infecter ainsi alors on est probablement déjà immunisé. Cette méthode à l'intention des personnes aptes à jeûner sec s'appuie sur le potentiel curatif jamais démenti de cette pratique hygiéniste.

mardi 2 février 2021

La Centrafrique en quête de démocratie

La Centrafrique a muté en foire d'empoigne pour le pouvoir central. Seule autorité reconnue par les instances internationales, son influence se limite à la capitale Bangui que s'échinent à renverser divers groupes armés: musulmans Seleka, chrétiens et animistes Anti-Balaka réunis en coalition à l'occasion de l'élection présidentielle de décembre, force d'interposition internationale MINUSA, contingent Ruandais soutenu par les E.U.A. et derniers venus, les mercenaires russes de la compagnie commerciale Wagner servant de garde prétoriene du nouveau Président Touadera, en attendant une intervention aérienne française sollicitée par la Centrafrique.

Les rebelles contrôlent 80 % du territoire dont ils dévalisent les ressources et menacent l'approvisionnement de la capitale en coupant la route vers le Cameroun où se forment des camps de réfugiés fuyant les combats. L'ONU compte déjà 200 000 réfugiés dont 105 000 dans les pays limitrophes pour 4,75 millions d'habitants, préfigurant la déstabilisation générale du continent si la tendance se poursuit.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/02/01/ils-ont-arrose-mon-frere-de-tirs-des-milliers-de-centrafricains-affluent-au-cameroun-pour-fuir-les-violences_6068404_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/03/centrafrique-des-rebelles-ont-pris-le-controle-de-bangassou-a-750-km-de-bangui_6065087_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/24/centrafrique-deux-des-principaux-groupes-rebelles-decretent-un-cessez-le-feu_6064451_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/22/a-l-approche-des-elections-la-centrafrique-replonge-dans-la-crise_6064205_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/26/en-centrafrique-le-pari-des-elections-a-tout-prix_6064527_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/13/le-pays-est-a-sec-en-centrafrique-le-regain-de-violences-fait-craindre-des-penuries-a-bangui_6066141_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/13/en-centrafrique-deux-attaques-rebelles-repoussees-a-l-entree-de-bangui_6066079_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/04/faustin-archange-touadera-declare-vainqueur-de-la-presidentielle-en-centrafrique_6065187_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/22/a-l-approche-des-elections-la-centrafrique-replonge-dans-la-crise_6064205_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/03/presidentielle-en-centrafrique-francois-bozize-exclu-du-scrutin_6062094_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/19/en-centrafrique-des-casques-bleus-deployes-pour-empecher-les-groupes-armes-de-perturber-les-elections_6063910_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/18/il-est-dans-l-interet-de-tous-les-partenaires-de-la-centrafrique-de-reduire-les-tensions-politiques_6063897_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/16/la-centrafrique-un-etat-sous-perfusion-de-l-aide-internationale_6063650_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/27/centrafrique-scrutin-calme-a-bangui-tensions-ailleurs-dans-le-pays_6064605_3212.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/24/centrafrique-a-bangui-peur-sur-la-ville_6064425_3212.html

lundi 1 février 2021

Le point sur la guerre en Ukraine: National-Capitalistes contre partisans de la Russie

Depuis cinq ans des français se tiennent aux cotés de la région du Donbass en Ukraine soutenue par la Russie contre le pouvoir central de Kiev épaulé par Washington et l'Union Européene. Depuis, Vladimir Poutine a réduit l'Etat Islamique en Syrie et envoyé des troupes en Lybie, il consolide ainsi sa position en Ukraine face à un appareil d'état en décomposition.

jeudi 28 janvier 2021

Joe Biden va nuire aux Etats-Unis selon Guy Millière

Un hommage dithyrambique à Trump par le talentueux Guy Millière mais le Président sortant a laissé les états confiner les citoyens sans autre raison qu'une grippe bénigne et couler l'économie nationale. Il a écarté tres tôt les artisans de sa victoire électorale comme Steve Bannon et Alex Jones, les figures de l'Alt-Right, passés maîtres es reconquête médiatique qui firent cruellement défaut à sa réélection. En cédant aux critiques démocrates il commit une érreur de débutant en politique face à des professionels chevronnés comme Joe Biden sans compter les adversaires dans son propre camp. La reprise économique se fondait artificiellement sur la baisse d'impôt et les taux bas, le déficit commercial notamment avec la Chine persistait, l'immigration clandestine perdurait, ses tweets intempestifs le ridiculisait aux yeux des médias.

Alain Scohy médecin visionnaire critique de la théorie de Pasteur

Alain Scohy, radié de l'Ordre des Médecins en 1996 pour appeler ses confrères à la prudence envers le premier vaccin issu de thérapie géníque contre l'hépatite B. Il plaide pour la théorie de Béchamp contre la théorie pasteurienne, le virus n'est rien, le terrain est tout.

dimanche 24 janvier 2021

Monarc obsédé de jeunisme

Non seulement on fait dire aux chiffres ce qu'on veut, la médecine ne se confondant pas avec la statistique et les probabilités mais le souci du Monarc se résume à rajeunir l'image gériâtrique conférée par Brigitte, d'où la nécessité de fondre sur un blanc-bec, développeur d'un programme de statistique COVID à deux balles, comme un aigle sur sa proie. Il n'existe de pandémie que de paranoïa, une grippe saisonnière que nul vaccin n'a jamais vaincu, un remède pire que le mal comme l'oxygénation, des conflits d'intérêts à tout les étages du test aux vaccins et des politiciens qui se laissent berner par Big Pharma, pour couronner le tout dans un contexte de vieillissement inexorable, de dégradation écologique donc sanitaire.

Le discours saoulant du médecin de service payé par l'état

Un virus qui se développe dans les voies respiratoires, intestinales et sanguines causant complications comme pneumonies, thromboses et embolies. Contrairement à la grippe ou la gastro-entérite au début brutal, il se révèle progessivement. La surmortalité faible en période de coronavirus acrédite la thèse de la confusion des causes de décès. Le port du masque à l'extérieur perd de son efficacité, il faut laisser le virus circuler cela crée un vaccin naturel, la vaccination ne réglera rien non plus, les confinements à répétition se révèlent pire que la maladie, la crise économique induite par le confinement s'avère catastrophique.

Des médecins italiens exposent leur méthode de guérison du COVID-19 sans hospitalisation avec anti-inflammatoires, antibiotiques contre l'infection pulmonaire et anti-coagulants.

vendredi 22 janvier 2021

Macron répond aux critiques

Macron tente de défendre son plan contre la pandémie grippale mais son inexpérience le conduit à s'en remettre à un comité de savants que ne fait que répercuter les conflits d'intérêts envahissant toutes les catégories sociales.

Le goulot d'étranglement se trouve chez les médecins, la plupart ne savent pas guérir la moindre grippe et la pneumonie due à cette incompétence, or les soins efficaces au coût dérisoire existent bel et bien - voir médecine orthomoléculaire, naturopathie, hygiènisme - mais n'intéressent pas le lobby de l'industrie médicale s'imposant à un Président inexpérimenté sans oublier les médias. 

De fait le fatras de mesures, accessoires et instruments médicaux, tests et vaccins tous plus faillibles les uns que les autres sinon toxiques s'avèrent des facteurs aggravant de l'épidémie, s'ajoutant au vieillissement et dégradation sanitaire de la population concomitante à la dégradation de l'environnement.

Loin d'une voix isolée dans le désert, cette dystopie se dénonce aussi depuis les pupitres de médecins reconnus comme M. Perrone et bien d'autres mais que vaut leur voix face aux appétits financiers des actionnaires de sociétés commerciales aujourd'hui? 

Tout simplement rien.

jeudi 21 janvier 2021

Les failles de l'approche vaccinale et l'immunisation hygiéniste


Le médecin Christian Velot passe en revue les différents types de vaccins en circulation, à virus inactivé, à virus atténué, à ARN messager, à ADN.  Les vaccins à thérapie génique comportent une faible probabilité de recombinaison  génétique donnant lieu à un nouveau virus imprévisible,  met en garde ce médecin.

En principe le vaccin s'administre à une personne en bonne santé afin de prévenir une éventuelle maladie en provoquant une réaction du système immunitaire selon l'approche pasteurienne. La contradiction à cette méthode stipule que le microbe n'est rien mais le terrain est tout car il s'agit de maintenir le système immunitaire en état de repousser toute attaque microbienne aussi virulente soit-elle.

L'approche vaccinale contredit la méthode hygiéniste en postulant qu'une personne en bonne santé nécessiterait un vaccin. La méthode hygiéniste exclut implicitement le vaccin, les deux approches recourent au système immunitaire pour combattre l'infection, l'une par une stimulation artificielle issue de l'inoculation du vaccin, l'autre de manière naturelle par auto-stimulation planifiée.

La méthode hygiéniste d'immunisation aux infections des voies respiratoires consiste à y répondre par un jeûne sec d'au moins vingt-quatre heures de façon à mobiliser toutes les ressources du système immunitaire contre l'attaque microbienne. Quelques jours suffisent à un système immunitaire en état de répondre pour guérir d'une infection des voies respiratoires par le jeûne, en modulant la sortie de jeûne par une diète appropriée.  

L'immunisation de longue durée survient à la guérison d'une seconde infection par cette méthode pour peu qu'elle se produise dans un intervalle rapproché. La méthode s'applique à toute infection des voies respiratoires, virale ou bactérienne, asthme, grippe, rhume, bronchyte,  car ces infections ont pour point commun de se déclencher sur une baisse de température des voies respiratoires peuplées de microbes à mesure de l'age, la température demeurant le facteur déterminant la concentration microbienne dans ces voies. Cette méthode permet de guérir  et s'immuniser contre une pneumonie quelque soit le microbe d'origine, principalement grâce au jeune sec.

vendredi 15 janvier 2021

En mototaxi à Caracas de 2016 à 2020


Un mototaxi de Caracas fait visiter sa ville à une voyageuse argentine en 2017, des bidonvilles au quartier des résidences luxueuses en passant par le quartier des affaires ultra-moderne.
Cohue indescriptible, files d'attente interminables aux portes des magasins d'alimentation, équilibre dynamique d'une capitale vibrante aux services publics fonctionels et en constante remise en question.

 

En 2020 les files d'attente des magasins d'alimentation semblent évaporées de Caracas, l'économie se dollarise en commençant par le secteur informel où les prix n'ont rien à voir avec les salaires en bolivars mais tout à voir avec les salaires en dollars. Commerces informels et formels cohabitent, les services public fonctionnent notamment le transport de passagers, l'insécurité ne subsiste que par poches circonscrites  à des quartiers populaires à flanc de montagne. 

Allégé de quelques cinq millions d'émigrés selon la Plateforme Régionale des Nations Unies, les plus chanceux renflouant les poches des proches restés au pays, le pays surmonte les turbulences nées de la défaite des chavistes aux législatives de 2015 et l'apparition d'une assemblée constituante en 2017 justifiée par la révolte de l'opposition politique. Le pari de la continuité chaviste à travers Maduro a porté ses fruits en éloignant le fléau de l'Amérique Latine, l'instabilité politique. C'est l'argument principal d'Evo Morales pour défendre son bilan: une période inédite en Bolivie de 14 ans relativement prospères au pouvoir sans coup d'état. La pirouette de la constituante vénézuélienne demeurant constitutionnelle,  Maduro sauve la face du régime avec une bonne dose de pragmatisme et le pays repart malgré les sanctions des E.U.A. comme l'embargo des E.U.A. sur la compagnie pétrolière nationale PDVSA en 2019. Aujourd'hui le Vénézuéla c'est un peu la Chine Populaire moins les usines. Maduro a laissé s'installer le dollar, un peu comme l'Equateur de Correa, il a relancé la production agricole pour se défaire de la dépendance alimentaire, a retrouvé un certaine sécurité civile. Le départ de Trump sera apprécié à sa juste valeur en espérant la levée de ses sanctions qui, conjuguées à la baisse du prix du baril de pétrole, entraînèrent l'émigration en masse des vénézuéliens.

Lors des élections législatives du 6 décembre 2020, l'opposition se désista prétextant de graves atteintes aux droits de l'homme et la répression des opposants. Maduro dût nommer les représentants des partis de l'opposition et remporta les élections législative avec un score de 80 % en sa faveur, rendant caduque l'Assemblée Nationale Constituante.

La Haute Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies dénonce par la voix de l'ex-présidente du Chili Michelle Bachelet les exécutions extra-judiciaires, 5287 décès en 2018 pour résistance à l'autorité selon le gouvernement.


Vague de froid, vague de grippe

Le coeur de l'entourloupe consiste à omettre l'age moyen très avancé des victimes dans une population vieillissant rapidement car le public doit croire que les victimes sont mortes à cause du COVID et non de vieillesse en mauvaise santé emportées par une grippe: E.U.A. 78 ans, R.U. 82 ans, France 84 ans. 

On se fout de nous pour vendre du matériel médical et du vaccin, les traitements hospitaliers sont à peine efficaces, longs, chers, laissent des séquelles, les médecins s'avèrent incompétents ne sachant pas guérir la moindre grippe. 

Les gens en bonne santé n'ont rien à craindre d'un virus quelconque, les hôpitaux se congestionnent car la plupart des médecins sont des incapables et des assistés sociaux. Les médecins orthomoléculaires ont publiés leurs traitements simples, efficaces et peu onéreux. Tout ceci reste un coup financier de l'industrie médicale. Les détenteurs des groupes pharmaceutiques sont aussi propriétaires des principaux médias. Exemple Rupert Murdock, actionnaire de GSK, Wall Street Journal et TheTimes. Faut vous faire un dessin?

mercredi 13 janvier 2021

Vaccin inutile et dangereux


Vaccin inutile car le virus mute plus vite que lui et dangereux car sous la forme du Moderna à ARNm il crée des antigènes par le système immunitaire sans qu'on maîtrise le processus.
Test, masque, confinement, couvre-feu, vaccin restent inutiles contre une grippe, mieux vaut renforcer le système immunitaire car plus facile efficace.

lundi 11 janvier 2021

A genoux devant une grippe

Une grippe qui affecte en majorité écrasante les gens en très mauvaise santé soit entre 3% et 10% de la population infectée selon le lieu et dont 9 sur 10 ont plus de 65 ans avec une moyenne d'age de décès oscillant autour de 80 ans selon le pays, les autres infectés s'en sortent sans dommages.  En France mortalité attribuée au COVID de 1 sur mille age moyen de décès 84 ans, avec une forte probabilité de décès virus ou non. Donc une totale forfanterie de Diafoirus.

Ce virus se révèle un indicateur de santé car il arrive que des gens paraissant en pleine forme en souffrent des symptômes graves pointant sur un déséquilibre métabolique notamment chez les sportifs. 

La question ne concerne pas tant l'éventuelle dangerosité du virus que la dégradation de la santé publique et l'environnement dans une économie industrielle insoutenable. Il reste plus aisé de proposer un vaccin magique que rendre l'économie durable.

Des médecins convainquent leur gouvernement de la nécessité de tests, masques, confinements, couvre-feux et vaccins pour tous en chamboulant et paralysant l'économie nationale dont tous dépendent. 

Ces médecins mettent en péril l'édifice dont ils dépendent à l'aide d'injonction de recourir à leur service, toujours plus d'accessoires, d'instruments, de traitements pour parachever avec la potion magique du vaccin. Tests faillibles, masques toxiques, confinements paralysant l'économie, respirateurs infligeant des lésions, vaccins expérimentaux transformant la population en cobayes de laboratoires. C'est un peu comme si la classe devait s'aligner sur le rythme d'apprentissage des cancres, par une solidarité déplacée. 

e selon les observateurs tient dans les conflits d'intérêts qu'accumule un médecin durant sa carrière: concurrence, hiérarchie, avancement, commerce de l'équipement médical et surtout prescription pharmaceutique, universellement suspecte. D'autant qu'avec leurs vaccins, les laboratoires décrochent le jackpot.

Pour enfoncer le clou des traitements efficaces, légers, sans risques, peu coûteux et d'action rapide sur les symptômes graves existent bel bien mais ne bénéficient d'aucune publicité sur les riches médias, pour peu que le malade soit en état de les recevoir.

L'arnaque s'avère totale et son ressort la finance, comme de bien entendu.

La stratégie gagnante se résume alors à indiquer aux praticiens comment prévenir et soigner les symptômes graves de cette grippe soit une infection des voies respiratoires, une infection intestinale ou une autre infection interne due à la tempête de cytokines selon l'expression consacrée. Solutions à base d'antiseptiques, de vitamines peu onéreuses et de mesures d'hygiène simples, toutes publiées par des médecins, accessibles au public et mentionnées dans ce journal.

Point de tests, masques, confinements, couvre-feux, respirateurs ni vaccins. Point de paralysie de l'économie.


vendredi 8 janvier 2021

Propagande vaccinale à tout-va

 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer-Biontech commandés par l'UE et autorisation de mise sur le marché du vaccin de Moderna. Deux vaccins expérimentaux à ARNm planifiés pour convertir une vaste majorité de la population en cobayes des laboratoires pharmaceutiques qui n'assumeront que la moitié de l'aléa juridique.

Des vaccins expérimentaux contre lesquels  des virologues et des avocats renommés comme Dr. Dolores Cathill et Robert Kennedy  ont mis en garde le public sur leurs effets secondaires différés.

Au passage les médias appellent à la rescousse des associations subventionnées pour décocher des flèches sur les anti-vaccins notoires en les assimilant à des gourous de sectes.

Il est douteux qu'un vaccin anti-grippal soit d'une quelconque utilité selon la vaste expérience accumulée en la matière. Selon toute probabilité il est inutile au groupe sans risque et peu efficace sinon délétère au  groupe à risque. Pour le médecin Marc Delattre le vaccin évite des complications potentiellement létales,son principal argument pour justifier tests déficients, masques toxiques, confinement paralysant l'économie et vaccins venimeux.

L'age moyen de décès COVID-19 oscille autour de 80 ans selon les pays, létalité et mortalité dépassent à peine celles d'une grosse grippe, un conseil scientifique ad hoc a pourtant décidé de mesures coûtant 10 % de PIB.


Foyers de grippe aviaire H5N8

 Après la Corse, 119 exploitations des Landes sont touchées à leur tout par la grippe aviaire H5N8. L'administration impose l'abattage et la désinfection des poulaillers infectés et des abattages préventifs dans les élevages environnants. 

Chez Serge Mora, président du syndicat Modef des Landes, le virus de grippe aviaire a fait son apparition le 31 décembre 2020 dans un abri qui héberge les canetons, installé sur son exploitation à Mugron en Chalosse, dans le sud du département.  « Nous avions un caneton malade le 31 décembre, deux le 1er janvier et aujourd’hui, sur 650 canetons, 350 sont morts ».  L’agriculteur décrit ainsi la virulence du virus H5N8, qui, après avoir fait une première apparition dans une animalerie en Corse mi-novembre 2020, a été découvert dans un élevage landais le 6 décembre. (lemonde.fr)

Le virus vient certainement d'une espèce sauvage, a muté dans l'espèce domestique pour y devenir infectieux.Dans le secteur de l'élevage notamment l'industriel la vulnérabilité immunitaire s'explique largement par une alimentation et des conditions peu naturelles, voire inadaptées. L'Etat à bon dos d'en endosser la responsabilité.


mercredi 6 janvier 2021

L'expert en institution se révèle un incestueux violeur de mineur

L'expert en institution se révèle un incestueux violeur de mineur selon un livre publié par la soeur de la victime un garçon de 14 ans. Olivier Duhamel a démissionné précipitamment de sa dizaine de postes   notamment président de la Fondation nationale des Sciences Politiques. 

On s'étonne moins de la décrépitudes de ces institutions à considérer la faiblesse morale de son gardien. D'autant que l'Institut de Sciences Politiques de Paris a déjà fait l'objet de scandale à cause des frasques de son  ancien directeur Richard Descoings.

La famille a attendu 35 ans avant de dénoncer publiquement le violeur de mineur sans toutefois porter plainte. L'intérêt de cette nouvelle tient dans sa signature de l'usure des institutions, l'Etat ployant sous le poids de l'assistanat, les prébendes de la classe politique, le délitement de la souveraineté, la crise migratoire, les révolutions industrielles et la crise sanitaire pour couronner le tout.


lundi 4 janvier 2021

La désinformation vaccinale bat son plein

 Pour l'instant il n'y aucune raison de croire en l'efficacité de las campagne de vaccination et toutes les raisons de craindre des effets secondaires. On déplore déjà des vaccinés depuis infectés, des effets secondaires désastreux, des affectés par le vaccin condamnant les laboratoires. On ne peut rien contre l'évasement de la pyramide des ages et très peu contre la dégradation de la santé publique visible à travers le taux de maladies chroniques. Non, vacciner n'est pas synonyme d'immuniser.

Le problème de la stratégie de priorité vaccinale aux plus fragiles : ces personnes pâtissent d'un système immunitaire à plat, soit le moins susceptible de répondre au vaccin et le plus susceptible de subir des effets secondaires. D'autre part les personnes plus robustes résistent au virus et n'ont que faire du vaccin. On ne doit alors pas s'attendre à un miracle, sauf pour les finances des labos.

Les vaccins s'avèrent moins efficaces chez les personnes agées et les personnes en surpoids notamment les vaccins contre la grippe, soit les catégories à risques de symptômes graves. 

Les personnes âgées forment un groupe à risque certes cependant l'age n'a qu'un rapport indirect au risque, ce groupe en réalité se constitue des personnes en très mauvaises santé, avec comorbidités, opérées, en chimiothérapie, obèses, diabétiques et plus. On connait des familles à trois générations vivant sous le même toit avec grand-parents nonagénaires tous atteints du COVID-19 ne développant pas de symptômes plus graves qu'un léger rhume.

C'est mettre à l'index 30 % de la population sans motif.

La formulation adéquate s'énonce alors: les personnes âgées en mauvaise santé forment un groupe à risque, de même que les personnes plus jeunes en mauvaises santé.

Il est donc ridicule de vacciner la population, d'abord l'écrasante majorité n'en a que faire ensuite elle ne rendra pas la santé à ceux qui l'ont perdue car on vaccine sans aucun succès contre la grippe depuis des années et le COVID-19 en fait partie.

L'EHPAD ne fait qu'illustrer l'évasement de la pyramide des ages et on y peut rien, on ne va pas sacrifier l'économie nationale pour les vieillards qui en dépendent.

N'est-il pas malhonnête d'omettre l'age moyen des décès, autour de 80 ans? Cela permet d'oublier l'effet du vieillissement de la population et la dégradation concomitante de la santé publique.

Si le confinement géographique et la mascarade ne résolvent rien, il vaut alors mieux les réserver à la minorité de personnes à risque, bien déterminées .

Le traitement avec respirateur congestionne les hôpitaux et s'avère nocif, il existe des remédiations plus légères et efficaces sans hospitalisation mises en oeuvre par les médecins du groupe orthomoléculaire, à base d'eau oxygénée, vitamines C et D, l'anti-parasite ivermectine, le jeûne entre autres.

Paralyser partiellement une économie pour sauver des personnes qui en dépendent semble à tous paradoxal. Cela n'a de sens que si l'objectif reste de fourguer du vaccin anti-grippal que l'on sait inutile et déjà accusé d'effets secondaires désastreux.

dimanche 27 décembre 2020

Réacteur Convertisseur au thorium


Par rapport au réacteur au thorium à sels fondus le réacteur convertisseur au thorium récupère une partie des déchets nucléaires qu'il produit alors que le surgénérateur au thorium bâti par la Russie récupère tout les déchets.

vendredi 25 décembre 2020

Culture du riz en salines pour la sécurité alimentaire en Chine


Des agronomes chinois sélectionnent une espèce de riz adaptée aux sols alcalins impropres à l'agriculture.

Agriculture au Neguev: Les pionniers du désert aujourd'hui


Culture du Jojoba pour l'huile cosmétique tirée des graines, tomates et poivrons hydroponiques, vignes, champignons exotiques, aquaculture de poissons d'aquarium, de corail pour applications médicales, crevettes culinaires. Le désert du Néguev à la lisière de la Jordanie s'ouvre aux techniques agricoles expérimentales d'avant-garde.

jeudi 24 décembre 2020

Trump reconnait la souveraineté du roitelet marocain sur le peuple sahraoui


Poignée de main entre les dirigeants du front Polisario et de Podemos


Le Président états-unien a lâché une ultime boule puante pour fêter son départ en reconnaissant la  souveraineté du despote marocain sur le Sahara Occidental, territoire du peuple sahraoui, ces palestiniens du Sahara  depuis le retrait de l'Etat espagnol en 1976 entraînant l'occupation marocaine.

Comme pour accentuer cette analogie la position se prononce en échange d'un accord de normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israel. Les services spéciaux respectifs échangeront fructueusement les recettes pour mieux spolier les peuples autochtones de leurs derniers droits et ressources.

La comparaison s'arrête là car les sahraouis s'avèrent biens plus mal lotis. Après quinze ans de guerre sous la direction du Front Polisario ils se voient relégués depuis 1991 derrière une ligne de démarcation tracée dans les dunes par le Maroc, privés de leurs villes et ressources naturelles, dans des camps de réfugiés à la merci de l'aide internationale.

Rupture du cessez-le-feu

En Novembre le Maroc a franchi la ligne de démarcation en goudronnant un chemin commercial à la frontière de la Mauritanie entraînant la rupture du cessez-le-feu par le front Polisario et une riposte démesurée de l'armée marocaine.

Victimes de discriminations économiques et sociales, à la moindre velléité les forces marocaines fondent sur eux, les condamnations pleuvent, les aveux arrachés sous la torture retenus par le système judiciaire à la botte du despote.

Enfonçant le clou, l'Union Européenne achète les droits de pèche dans les eaux territoriales du Sahara Occidental au seul bénéfice du Maroc  alors que sa souveraineté n'est reconnue ni par l'ONU ni par l'Organisation pour l'Unité Africaine.

Le Maroc bénéficie d'une coopération économique occidentale dans l'espoir de servir de rempart à la vague djihadiste menaçant les pays du Sahel tout comme la vague d'immigration illégale depuis cette région.

Base d'invasion par les îles Canaries

Cependant après le blocage de la voie par l'île de Lampédusa depuis l'apparition de la pandémie, l'immigration illégale en U.E. a repris de plus belle par les Baléares pour les algériens et sahéliens mais aussi par les îles Canaries pour les marocains et saheliens embarquant au Sahara Occidental à raison de 19 000 illégaux en 2020.

Enfonçant le clou davantage, Les principaux soutiens politiques du peuple sahraoui en Europe se situent traditionnellement à l'extrême gauche, notamment les bolivariens de Podemos au gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, un parti politique favorable au Vénézuéla de Nicolas Maduro,  ennemi juré de l'administration Trump.

L'opposition espagnole incarnée par le parti Vox se retrouve confrontée au dilemme de soutenir le front Polisario à l'unisson de leur ennemi irréductible communiste pour des raisons diamétralement opposées.


mercredi 23 décembre 2020

La Grande Famine de Mao

 

Un rappel salutaire de l'exécrable bilan du Parti Communiste Chinois depuis son avènement fortuit en 1949 jusqu'à la mise à l'écart de Mao. Réforme agraire sans grands domaines à démembrer mais un million de victimes parmi les propriétaires terriens, industrialisation par le Grand Bon en Avant menant à la famine des années 1960, campagne des moineaux aggravant la famine, Révolution Culturelle pour en finir avec l'héritage d'une tradition de 5000 ans. Histoire de mesurer le chemin parcouru à ce jour grâce à l'absence de séparation des pouvoirs, en contre-pied de l'Occident.

Le Noel de Big Pharma

Selon Asselineau le conseil scientifique de Monarc  ressemble furieusement au conseil d'administration de Big Pharma. La presse, quasiment aux mains de 10 hommes d'affaire lourdement endettés sinon richissimes, se garde bien de le rapporter. 

Les commerciaux de Big Pharma s'en donnent à coeur joie, ils vendent  aux belges 60 millions de doses de vaccin Pfizer à 12 € mais  pour l'UE ce sera 15 € sur dix fois plus de doses.

Les mesures de confinement deviennent aussi loufoques qu'inutiles et disparates selon les régions et les pays.  Le Royaume-Uni en est au quatrième tiers d'intensité de confinement, avec comme  seule justification le profit des actionnaires de Big Pharma, grand client des régies publicitaires. 

Il a suffit d'une conjonction de politiciens inexpérimentés comme Trump et Monarc pour  que Big Pharma les prenne en main et dicte ses conditions aux chefs d'Etats.

Maigre consolation il ne s'agit d'une question ni scientifique ni idéologique mais d'intérêts financiers industriels.

mardi 22 décembre 2020

La vaccination démystifiée par une médecin mine de rien

 Rien à dire Jean-Yves Bilien connait l'art du documentaire démystificateur, avec Médecine le Grand Tournant en 2015, des médecins et biologistes de renom accusent la médecine cornaquée par l'Ordre des Médecins national. Fustigeant les dérives commerciales à l'encontre des intérêts du public ils vantent les médecines traditionnelles par les plantes. 

Après l'entrevue à propos des vaccins avec une médecin pratiquant acupuncture, homéopathie et ostéopathie, il n`en reste rien. Si on détecte les antigénes  on peut espérer l'immunité jusqu'à preuve du contraire, sans plus car le lien avec la vaccination ne s'avère pas établi. Infecté par microbe, l'organisme  produit des antigènes ou non, vaccination on non. La qualité du système immunitaire s'avère déterminante mais pas le vaccin. Le pire des vaccins tient dans leurs éventuels effets secondaires jusqu'à la mort du vacciné en passant par la paralysie totale à vie et l'autisme. Il y a tout et n'importe quoi dedans, pesticides, sang de porc, métaux lourds, molécules diverses. Les laboratoires restent exemptés de responsabilités pénale en cas d'accident. 

On retrouve l'argumentaire anti-vaccin devenu un classique de la contestation médicale.


La dernière blague des covidés

 Le feuilleton  languissant du COVID se relance par un rebondissement inattendu: la souche virale anglo-saxone invaliderait les vaccins concurrents, préservant ainsi les intérêts des laboratoires GSK et consorts malmenés par les compétiteurs étrangers notamment russes et chinois.

Boris Johnson saute sur l'occasion de récupérer les parts de marché médical en voie de perdition  en décrétant un confinement renforcé spécial Noel, fermant les frontières et prenant au piège des milliers de transporteurs sous les intempéries britanniques histoire de montrer sa détermination implacable.

Voilà un théâtre dont se gausse la jeunesse prenant d'assaut les pubs à la moindre tentative d'ouverture, nous rassurant au passage sur l'avance de la loi coranique au Royaume de sa Majesté.

Tout cela pour maintenir en vie artificielle des patients maltraités par le système médical qui éviscère quand il n'empoisonne pas chimiquement pour un oui ou pour un non, surtout pour faire du chiffre d'affaire.

Les tests ne sont pas fiables, les masques toxiques, les respirateurs lésionnent les poumons,  l'Azythromycine antibiotique couplé à l'Hydroxy-Chloroquine prétendument miracle occasionne des dégâts dans la flore bactérienne. 

On assiste à l'écroulement de la mythologie médicale non urgentiste, tissée à grands coups d'articles pseudo-scientifiques dans les revues vendues au plus offrant. Légende remise en cause de toutes parts en premier lieu par des médecins et biologistes au profit des médecines traditionnelles par les plantes comme l'atteste le documentaire belge Médecine Le Grand Tournant.

La souveraineté partagée n'en est plus une, remplacée par la gouvernance entrepreneuriale des lobbies menant la farandole.

vendredi 18 décembre 2020

Duel d'économistes: éconoclaste contre atterré

 

 Le revenu universel selon Delamarche et Dany Lang 


Les Econoclastes s'inscrivent résolument dans le libéralisme en réclamant une politique monétaire orthodoxe - les prêts doivent se rembourser - afin de réguler l'économie par les forces du marché à travers l'effet de ruissellement. Ils se prononcent contre le revenu universel et la planification intégrale à la soviétique, les marchés financiers constituent le juge de paix dépendant en dernière instance de la politique monétaire sur le marché mondial. La crise, le chômage résultent du sauvetage par l'État de sociétés commerciales mal gérées qui devraient disparaître. Ils se répandent souvent en diatribes et récriminations plutôt qu'en propositions de réformes car le marché en fait office. 

 Les Atterrés insistent sur la correction des anomalies de marché telles que la disparité exagérée des revenus du travail et du capital, de l'assistance sociale. Ils considèrent qu'il revient à l'Etat de planifier le recours aux ressources de la Nation dans la mesure où elles restent limitées. Ils n'approuvent pas le revenu universel et lui préfèrent des mesures de retour à emploi aidées par l'Etat telles que Territoire Zéro Chômeurs de Longue Durée, coûtant 18 000 € par chômeur et par an en relation avec l'emploi local et la transition écologique, un plan que l'Etat pourrait étendre à l'ensemble du territoire selon l'économiste atterré.

Comme souvent les deux conceptions détiennent leur part de vérité, celle des prix reste nécessaire et   les revenus doivent se répartir plus équitablement. 

La sortie de cette crise passe par la sortie de ce confinement aussi global qu'injustifiable car il résulte du refus de voir le vieillissement de la population des pays développés. La surmortalité annuelle, faible , s'avère due à l'évasement de la pyramide des ages et il y en a pour un moment. Il est facile de s'en convaincre en considérant l'age avancé des victimes attribuées au virus.

Au sortir du confinement il s'agit de relancer le petit commerce et l'artisanat à l'image des pays d'Asie sans chômage de masse comme la Chine ou le Vietnam, au détriment de la grande distribution qui détruit trop d'emplois.  Baisser impôts et taxes, équilibrer le commerce extérieur, contrôler l'immigration illégale,  décourager l'assistanat, encourager l'autonomie et l'emploi,  bref  que du classique.








Faut-il plaindre ou envier les Uyghours, telle est la question

 La presse internationale se répand en témoignages  sur la reprise en main culturelle de la population autochtone du Xingjiang chinois par Pékin, une région autonome fief de peuplades turkmènes et asiates de religion musulmane. 

Leur sort se révèle digne d'intérêt car indicatif du traitement auquel doit s'attendre le reste du monde de la part de son nouveau maître chinois.

Les Uyghors, dénonce un consortium international de journalistes, se voient obligés de récolter du coton dans les champs et suivre une formation professionnelle élémentaire dans des établissements spécialisés où ils subissent l'endoctrinement aux valeurs collectivistes. Les familles se voient obligés de recevoir périodiquement des envoyés du gouvernement chargés de témoigner de l'intégration de leurs hôtes.

En Chine, le rapport démographique suffit amplement pour établir la hiérarchie à raison de un uyghour pour soixante-dix han ethniques.  

Les tibétains jouissaient d'un pays millénaire et renommé pour sa tradition religieuse, les uyghours, nomades sédentarisés dans une région désertique, ne disposent d'aucun argument contondant pour faire valoir leurs coutumes au gouvernement central, d'autant que la loi islamique ne reconnait aucun droit hors les religions stipulées par le Coran, aucun droit à la plus ancienne civilisation du monde encore en vigueur.

Pékin en revanche soumet l'exercice du culte islamique à un contrôle étroit ,allant jusqu'à réécrire le Coran á l'usage des fidèles et exiger l'office des mosquées en mandarin.

Les Uygours ont participé cependant à l'essor économique fulgurant de leur pays en sortant de la pauvreté pour entrer dans une prospérité sans précédent, avec accès aux études supérieures, la haute fonction publique, les professions intellectuelles, les séjours à l'étranger, le traitement de faveur relativement aux Han quand au nombre de leur progéniture.

L'évolution s'avère plus frappante relativement aux autres musulmans d'Asie, où seuls les villes-état du Bruneï et de Singapour offrent de meilleures conditions à leurs ressortissants alors qu'ailleurs la situation se dégrade sous l'effet de conflits et de la surpopulation, pensons à l'Afghanistan ravagé par les guerres depuis 40 ans, le Cachemire en rébellion, le pauvre Bengladesh soumis aux inondations, le Pakistan défiant l'Inde, l'Indonésie surpeuplée, les nouveaux états d'Asie centrale de l'ex-URSS, la Malaisie en déforestation.

Le Xingjian par contre se modernise à marches forcées sous une pluie d'investissements de Pékin dans les secteurs de l'énergie, l'agriculture, le réseau routier quand le Kazakstan et l'Ouzbékistan ont toutes les peines du monde à suivre le chantier de la Nouvelle Route de la Soie lancée par le Président Xi.

La principale récrimination de Pékin envers le peuple uyghours porte sur les soulèvements meurtriers dans leur province, l'engagement de certains au sein de brigades musulmanes internationales en Syrie et aux Philippines et la revendication de l'indépendance du Turkménistan de l'Est.

Dans ces conditions on comprend qu'aucun pays musulman n'ait émis de protestation envers la Chine - et ses investissements.



mardi 15 décembre 2020

Trump se fait voler l'élection comme un débutant

Le parti Républicain n'a pas convaincu la justice de l'ampleur de la fraude électorale afin d'invalider la défaite de son champion. Trump a mobilisé surtout contre lui comme il fallait s'y attendre de la part d'un milliardaire venu sur le tard à la politique, alors que sa base électorale éthno-confessionnelle s'effrite inexorablement sous l'invasion allogène venue du sud. 

Il a cependant limité les dégâts devant son adversaire à la santé chancelante. Le producteur de télé-réalité a omis de révoquer la loi d'immigration de G.H. Bush laissant la part du lion au tiers-monde, une revendication de son aile droite. Il a tardé à ériger une partie du mur de contention à la frontière mexicaine. Il a laissé se creuser le déficit commercial abyssal envers la Chine et le reste du monde. Il a paralysé l'économie nationale et jeté dans le désarroi PME et entrepreneurs individuels en confinant inutilement sous la pseudo-pandémie. 

 Il laisse un pays en situation bien pire qu'il ne l'a reçu d'Obama, politicien professionnel et chevronné, lui. Il a ruiné le secteur financier en exigeant de la Féderal Reserve une politique de taux à près de zéro. Il a provoqué l'inflation des valeurs mobilières en bourse favorisant les milliardaires. Il s'est moqué des contingences écologiques en autorisant toujours plus d'exploitation de ressources minières et forestières fédérales. 

Il a ridiculisé la fonction présidentielle avec ses interventions en rafale sur les réseaux sociaux. Il s'est empressé d'accomplir les caprices d'Israel, sa capitale à Jérusalem, déstabilisant encore un peu plus le moyen-orient tout en s'y désengageant militairement. Il a rompu unilatéralement des traités internationaux sur l'environnement global COP 21, le commerce en région Pacifique TTP, la sûreté nucléaire en Iran. Il n'a pas empêché les émeutes ravageant les centre-villes sous prétexte que la police d'Etat fait son travail. 

Il a été une commotion pour son pays et ses alliés, dans un contexte où la Chine s'impose à l'économie mondiale. L'opposition s'est organisée pour profiter des failles béantes du système électoral en s'engouffrant dans quelques états clés pour y assurer sa victoire,  les juges n'y ont vu que du feu à l'armée de fourmis rouges bourreuses d'urnes.

Trump avait gagné les primaires de 2016 largement en raison de sa confession protestante face aux deux suivants d'origine en partie latine et catholique Cruz et Rubio.  La prépondérance de la communauté WASP fut sauve et sous cet angle Biden s'avère un moindre mal pour la stabilité du pays bien que catholique et raciste sur les bords comme l'a fait remarquer sa colistière Harris lors des primaires de cette année.  En Amérique du Nord multi-raciale et multi-cultuelle se prolonge la guerre de religion de la Renaissance européenne, telle un volcan en activité.